Francis Kéré reçoit le Prix Pritzker 2022

L’architecte burkinabé Francis Diébédo Kéré est le premier architecte africain à recevoir le prestigieux prix d’architecture, qui consacre un travail orienté vers le bien être des communautés et vers la sobriété et l’inventivité dans l’usage des ressources locales.
3_-_primary_school_erik-jan_ouwerkerk_3.jpg

Francis Diébédo Kéré a reçu, le 15 mars 2022, le 51ème Prix Pritzker, il succède aux français Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, récompensés en 2021.

Cet architecte de cinquante-six ans, né au Burkina Faso, dans le petit village de Gando, dont son père était chef, s’est formé à l’Université de Berlin. Il a aujourd’hui la double nationalité burkinabée et allemande et partage son activité entre les deux pays.

Architecte, militant du développement et pionnier du développement durable, il construit avec des matériaux locaux, en particulier la terre, mais aussi le bois ou le granit, et se réapproprie les techniques traditionnelles dans une démarche low tech, adaptée à son contexte et inventive, ce qui fait de lui un précurseur des enjeux d'une architecture responsable.

Ses bâtiments font preuve, écrit le jury, "de beauté, de modestie, d'audace et d'invention". "Ce n'est pas parce que vous êtes riche que vous devez gaspiller des matériaux. Ce n'est pas parce que vous êtes pauvre que vous ne devez pas essayer de créer de la qualité", a déclaré F. Kéré. "Même les plus dépourvus ont droit au confort, et à la beauté."

Il crée en 1998 une fondation pour la construction de l’école de Gando, qui est son premier projet, matriciel, réalisé en 2001 avec la participation des habitants du village qui ont été impliqués de la conception au chantier. La transmission des savoir-faire, notamment sur le chantier, constitue l’un des axes de sa pratique.

Le succès de l'école primaire de Gando lui a valu le prix Aga Khan d'architecture en 2004, et a été le catalyseur de la création de son cabinet, Kéré Architecture, à Berlin, en 2005. La réalisation d'autres établissements primaires, secondaires, postsecondaires et médicaux a rapidement suivi au Burkina Faso, au Kenya, au Mozambique et en Ouganda. 
Son travail comprend également des structures temporaires (comme la Serpentine Gallery en 2017 à Londres ou le pavillon Sarbalé Ke en Californie en 2019) et permanentes au Danemark, en Allemagne, en Italie, en Suisse, au Royaume-Uni et aux États-Unis. 

Deux bâtiments parlementaires, l'Assemblée nationale du Burkina Faso (Ouagadougou, Burkina Faso) et l'Assemblée nationale du Bénin (Porto-Novo, République du Bénin), lui ont été commandés, le dernier étant actuellement en construction.

Franci Kéré avait reçu en 2021 le prix Robert Matthew pour les environnements humains durables décerné par l’Union International des Architectes et pour lequel il avait été proposé par la France.

>> https://www.pritzkerprize.com


Interview de Francis Kéré sur le stand de la France lors du Congrès  2014 de l'Union Internationale des Architectes :

Publié le 15.03.2022 - Modifié le 16.03.2022
2 commentaires

Donnez votre avis

Saluons cette juste recompense du travail exceptionnel d'un architecte qui avec humililté et une grande sobriété produit une oeuvre architecturale tellement adaptée à son territoire, avec peu de moyens, au service d'une population défavorisée. Un bon exemple pour nos jeunes confrères.

Bravo. Ça donne beaucoup d'espoir pour l'avenir. 

(photo courtesy of Erik-Jan Owerkerk / source pritzkerprize.com)
Ecole primaire à Gando - Francis Kéré architecte.