Dans les médias : "Nos villes ne sont pas adaptées aux canicules, mais il y a des solutions"

Christine Leconte, présidente du CNOA, était l’invitée de plusieurs émissions radios et TV la semaine dernière pour partager les solutions des architectes au problème de la multiplication des chaleurs extrêmes.
bordeaux.jpg

L’épisode de canicule qui a traversé la France la semaine dernière a posé la question de l’adaptation des bâtiments et des villes à ces conditions de très fortes chaleurs de plus en plus fréquentes. Ce alors même que le milieu urbain crée des îlots de chaleur aggravant encore le problème.

Christine Leconte, présidente du CNOA a été invitée par plusieurs médias à intervenir sur ce sujet pour analyser la situation dans une approche architecturale et apporter des solutions. Nous vous proposons de réécouter le replay de ces émissions :

  • La Matinale de Radio Classique, jeudi 16 juin : "Nos villes ne sont pas adaptées, mais il y a des solutions"
    Extraits : « La standardisation. C’est une ineptie, elle n’est pas finalement liée au site où sont situés les bâtiments. Il faut aussi éviter les constructions où les isolations ne serait pas performantes, où il n’y aurait pas d’occultation, pas de débords de toiture. »
    « Il n’y a pas de politique du logement en outre-mer, on a les mêmes normes [qu’en métropole], donc faut davantage d’adaptation. Il faut donc beaucoup plus territorialiser la manière de construire. Surtout, arrêtons de dépenser, investissons dans des économies locales autour de l’architecture et de la construction, par exemple le développement des filières de matériaux biosourcés. » Lire la suite et écouter l’émission…

     
  • Le Téléphone sonne sur France Inter, jeudi 16 juin : "Alerte canicule : comment rafraîchir nos villes ?"
    En 2050, 70% des habitations dans le monde seront en ville, où les fortes chaleurs tendent à être plus fortes que dans les espaces largement végétalisés. Comment adapter les villes aux canicules, pour pouvoir mieux y vivre ?

    Avec : Christine Leconte, présidente du Conseil National de l’Ordre des Architectes ; Olivier Richard, urbaniste, géographe à l’atelier parisien d’urbanisme ; Sandy Dauphin, journaliste spécialiste environnement à France Inter. 
    Extrait : « Pour Christine Leconte, architecte, urbaniste, présidente du Conseil National de l’Ordre des Architectes, la réflexion doit se faire en amont. Elle explique : "La solution, c'est d'arrêter de penser l'aménagement de l'espace public uniquement pour la voiture. Parce que la vraie question, c'est l'albédo, c'est-à-dire la réflexion sur le sol et la captation de la chaleur dans le bitume, ce qui augmente la température. Donc ce dont on a besoin effectivement, c'est de la pleine terre et de la végétalisation. Après, à outrance peut-être pas, mais au bon endroit. Et savoir créer des îlots de fraîcheur, ça semble essentiel.” » Lire la suite et écouter l’émission…

 

Publié le 20.06.2022 - Modifié le 22.06.2022
0 commentaire

Donnez votre avis

(photo : Blaue Max / CC BY-SA 3.0)
Bordeaux, place de la bourse