Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal reçoivent le Pritzker Prize 2021

En cette année de crise, le jury du prestigieux prix a voulu récompenser une architecture humaniste, innovante et écologique renouvelant l'espoir moderniste "d'améliorer la vie pour le plus grand nombre".
transformation_of_g_h_i_buildings_2_1_0.jpg

En cette période de crise sanitaire et sociale, le président du jury - l'architecte Alejandro Aravena, prix Pritzker 2016 - a précisé qu'il "est nécessaire de créer un sentiment de collectivité". Or, note le jury, "Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal ont toujours compris que l'architecture prête sa capacité à construire une communauté pour l'ensemble de la société" . C'est donc en particulier l'approche humaniste et sociale des architectes français, économe en ressources et respectueuse de l'environnement et des générations futures qui a convaincu et qu'a voulu mettre en avant le Jury dans cette année si particulière.

Pour le Jury, les architectes français offrent "une approche architecturale qui renouvelle l'héritage du modernisme" et qui propose "une définition ajustée de la profession même d'architecte" en se réappropriant le rêve "d'améliorer la vie" du plus grand nombre et de répondre "aux urgences climatiques et écologiques de notre temps, ainsi qu'aux urgences sociales". Leur architecture possède "un sens puissant de l'espace et des matériaux qui crée une architecture aussi forte dans ses formes que dans ses convictions, aussi transparente dans son esthétique que dans son éthique". "Leur volonté de servir la vie humaine à travers leur travail, leur démonstration de force dans la modestie et leur culture d'un dialogue entre l'ancien et le nouveau, élargit le champ de l'architecture."

Le jury du prix a récompensé des architectes qui "à travers la conception de logements privés et sociaux, d'institutions culturelles et académiques, d'espaces publics et de porgrammes urbains, (...) repensent la durabilité dans le respect pour les structures préexistantes, concevant des projets en faisant d'abord l'inventaire de l'existant. En donnant la priorité à l'enrichissement de la vie humaine à travers le prisme de la générosité et de la liberté des usages, ces réalisations sont au bénéfice de l'individu socialement, écologiquement et économiquement, et aident à l'évolution de la ville."

C'est la troisième fois que des architectes français reçoivent ce prestigieux prix, après Christian de Portzamparc en 1994 et Jean Nouvel en 2008. 

Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal avaient déjà reçu en 2019 le prix Mies van der Rohe 2019 de l'Union européenne pour l'architecture contemporaine pour l’opération de transformation de 530 logements sociaux dans la cité du Grand Parc à Bordeaux, réalisée avec les architectes Frédéric Druot et Christophe Hutin.

>> https://www.pritzkerprize.com
>> https://www.lacatonvassal.com/

 

Publié le 16.03.2021 - Modifié le 16.03.2021
0 commentaire

Donnez votre avis

(© photo : Philippe Ruault)
Transformation de 530 logements sociaux dans la cité du Grand Parc à Bordeaux - Lacaton & Vassal, Druot et Hutin arch.