Revue n°52

"Au-delà des difficultés économiques et existentielles subies par notre profession depuis malheureusement trop longtemps, 2015 restera l’année lors de laquelle on n'aura jamais autant, depuis 1977, parlé, débattu et légiféré sur l’architecture et l’architecte mais aussi impacté sur notre devenir et la mission de notre institution :

• Projet de loi « CAP » sur la liberté de création, l’architecture et le patrimoine, initié par fleur Pellerin, ministre de la Culture et débattu actuellement au sénat et ensuite à l’assemblée nationale en dernière lecture,
• Projet de loi « NOTRe » portant sur la nouvelle organisation territoriale et administrative de la République, modifiant implicite- ment les localisations régionales de notre institution,
• Réforme de l’institution ordinale impactant son fonctionnement, sa représentation, ses localisations territoriales, ses affectations budgétaires, son règlement et sa déontologie,
• Région Architecture, initiée par Lorenzo Diez, directeur de l’École d’architecture de nancy, force de propositions devant le défi que constitue, pour nous tous, la future région grand est (aCal, alCa...) car l’architecture, comme discipline, comme métier, a un rôle important et utile à jouer en accompagnant la construction de notre identité culturelle, en favorisant l’innovation au service des usagers et en développant des relais de croissance économique,
• Modélisation des données du bâtiment (MIB), révolutionnant la façon dont les bâtiments, les infrastructures et les réseaux tech- niques seront planifiés, conçus, réalisés et gérés.

Aurait-on enfin découvert qu’il existe 30 000 architectes en france ? oui nous existons, survivons et il est grand temps de se mobiliser pour accompagner collectivement la mutation de notre profession.

Le train infernal est en marche et malheureusement beaucoup d’entre nous pourraient rester sur le quai. « Ces interrogations manifestent l’inquiétude d’un milieu en mutation depuis un demi-siècle, à la recherche d’une identité sociale mise à mal par l’importance toujours croissante des questions nancières dans l’acte de construire. C’est bien la nostalgie de l’architecte démiurge. »

(Danièle Voldman, Vingtième siècle n° 65, jan-mars 2000)

Bien que conscient de ne pas être dans un monde d’individus candides, je condamne l’individualisme, l’indifférence, l’ignorance, l’intolérance, l’hypocrisie et la sournoiserie régnants actuellement dans et autour de notre profession, certainement voulus par l’envie de pouvoir et exacerbés par une situation économique catastro- phique.

L’institution ne peut se retrancher derrière ses seules missions régaliennes en ignorant les difficultés de nos consœurs et confrères, elle se doit d’accompagner notre mutation dans notre intérêt et celui de la qualité architecturale, patrimoniale et environnementale.

Puisqu’en architecture, l’utopie est source d’innovation et d’inspira- tion, je fais le vœu pour cette nouvelle année 2016 d’une réussite professionnelle collective par le dialogue et la solidarité dans l’intérêt public de l’architecture et de l’environnement."

Alain Motto

Président du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes de Champagne-Ardenne

Publié le 25.07.2017
revue_ndeg52.jpg
CROA CA - Vanessa
Revue