Revue n°51

 « Dans son acception classique, l'architecte est le concepteur d'un bâtiment ayant pour mission d'organiser l'agencement de ses espaces et de ses volumes, et d'en conduire la réalisation. Professionnel de haut niveau d'étude, il doit avoir des connaissances très larges, il s'appuie sur des spécialistes pour spécifier les détails de la réalisation ».

En cette période, très compliquée, cette définition est-elle encore d’actualité ?
Nous sommes des concepteurs, des créateurs, mais j’ai le sentiment que nous sommes incapables d’accompagner les mutations profondes de notre profession et d’imaginer de nouvelles pratiques. Notre profession doit se moderniser, évoluer et s’orienter vers des domaines de la construction qui nous sont interdits actuellement. La Loi n° 77- du 3 janvier 1977 sur l'architecture ne doit-elle pas laisser place à la loi 15 ?

— Baisser le seuil de recours à l’architecte ou le supprimer ?
— ouvrir le marché de la conception – réalisation du secteur privé à tous les architectes par un contrat adapté ?
— ouvrir les portes de l’institution aux diplômés en architecture ? — préserver notre titre d’architecte par un code NaF spécifique
à notre profession ?
— mutualiser nos compétences, nos moyens et nos références
en groupement d’intérêt économique ?
— Favoriser les grandes agences au détriment des petites structures ?

Autant de questions auxquelles se doit de répondre notre institution mais aussi vous, les acteurs de notre profession !

Nous sommes attaqués de toute part, la crise qui perdure, les diminutions des budgets et de la commande publiques, la baisse des honoraires, la réorganisation des territoires de l’institution, la réforme de l’institution, la maquette Bim................ il est grand temps de réagir pour ne pas devenir les «façadiers de l’architecture».

Architecte, une belle profession, mais à quel prix ?

Alain Motto Président du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes de Champagne-Ardenne

Publié le 21.09.2015
page_1_-_revue_ndeg51.jpg
CROA CA
Visuel revue n°51