La formation professionnelle pour améliorer la ville

Par Denis LATOUR, président du Réseau pour la Formation Continue des Architectes - La formation permanente doit être en capacité de réfléchir sur les questions politiques, culturelles et sociétales qui s’ouvrent à nous. En parallèle de la transition énergétique amorcée et que la profession s’emploie à mettre en œuvre, des sujets philosophiques et prospectifs surgissent.
Logo du refca
Refca
Logo du refca

La formation professionnelle des architectes via le REFCA « réseau pour la formation continue des architectes » regroupe une vingtaine de membres, d’organisme de formation, écoles d’architecture…

Les missions du réseau sont entre autres :

  • Inciter les architectes à actualiser leurs compétences ;
  • Leur faciliter l’accès de la formation continue ;
  • Structurer et pérenniser l’offre de formation sur tout le territoire ;
  • Adapter l’offre au contexte professionnel et aux mutations sociétales ;
  • De mutualiser les outils
  • De diffuser la variété de l’ingénierie de formation du réseau sur l’ensemble du territoire.

Les thèmes abordés vont de la structuration de la vie professionnelle, des compétences nécessaires à son exercice, mais aussi tous les sujets ayant trait au cadre bâti, au paysage et à la culture architecturale.

Une centaine de formations sont ainsi renouvelées et mises en permanence à disposition des différents acteurs.

La nécessité de sensibiliser la profession sur les enjeux urbains d’aujourd’hui et de demain, d’être en capacité d’identifier les compétences nécessaires pour s’adapter aux mutations de notre cadre de vie apparaît toujours plus indispensable :

  • Renforcer son parcours professionnel,
  • S’adapter aux évolutions du métier,
  • Accompagner les changements de sa structure nécessite une mise à disposition de formations adaptées. 

La crise liée à la pandémie Covid19 va refaçonner les relations humaines, la manière d’échanger, de produire, de se déplacer.

La formation permanente doit être en capacité de réfléchir sur les questions politiques, culturelles et sociétales qui s’ouvrent à nous.

En parallèle de la transition énergétique amorcée et que la profession s’emploie à mettre en œuvre, des sujets philosophiques et prospectifs surgissent :

  • La ville de demain devra elle être hyper dense ? Au risque de la santé ?
  • La ville devra elle se repenser en taille plus humaine ? Ville du quart d’heure ? Agglomération de petits villages ?
  • La densité devra-t-elle être réduite ?
  • Comment prendrons nous en compte la santé publique, le climat, la mobilité et la nature dans nos projets futurs ?
  • La ville de demain pourra-t-elle plus démocratique, plus économeet integré les cycles de vie de la nature ?

Dans ce contexte de mutations permanentes, souvent anxiogènes, quels sont les outils que les architectes, urbanistes, paysagistes auront à leur disposition pour mieux comprendre et approcher demain ?

La formation permanente doit anticiper et identifier cette complexité croissante afin d’établir les meilleures méthodes cohérentes de réflexion, et offrir à tous sur l ensemble du territoire , les moyens de choisir le juste chemin


Denis Latour ARCHITECTE DPLG
President du REFCA
President MAJ nouvelle aquitaine

 

## Mots-clés pour rechercher dans le Livre blanc :
Ecologie Climat Matériaux | Réemploi | Santé | Résilience Biodiversité Rénovation éco-conception | Innovation Expérimentation |
Urbanisme | Aménagement | Territoires | Métropoles | Ville | Accessibilité Coeur de ville | Centres bourgs | Participation | Patrimoine Revalorisation |
Logement Logements sociaux | Habiter Réversibilité | Evolutivité |

Publié le 01.10.2020 - Modifié le 07.10.2020