Transition écologique

Un guide de l’OID pour aider à choisir les écomatériaux

En 2020, six étudiants du Master 2 DDMEG de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ont étudié pour l’Observatoire de l’Immobilier Durable (OID) le développement de certaines filières d’écomatériaux en France. A partir de ces travaux, l’OID a publié « Le guide des écomatériaux pour l’immobilier », afin d’accompagner notamment les acteurs du bâtiment dans leurs choix de matériaux biosourcés ou géosourcés. Ce guide propose des supports informatifs variés concernant 11 écomatériaux : des vidéos thématiques et des fiches synthétiques pour chaque écomatériau (disponibilité, coût, avantages, etc.), mais aussi un tableau technique permettant de comparer la performance des matériaux « classiques » et des « écomatériaux ».
tab_ecomateriaux.png

Selon l’ONU, une utilisation plus efficace des matériaux diminuerait de 35% les émissions du bâtiment  
Dans son rapport annuel publié en 2020, l'ONU s'inquiète du fait que "les émissions de CO2 du secteur du bâtiment ont atteint un niveau jamais vu". Le secteur a émis en 2019 près de 10 milliards de tonnes de CO2, en considérant à la fois l'énergie utilisée lors de la construction de bâtiments et celle consommée par ceux qui existent déjà.

A son rythme actuel de consommation d'énergie, le secteur du bâtiment en France « devrait accélérer ses efforts » pour respecter les engagements de la France à atteindre d’ici 2050 la « neutralité carbone », estime notamment l’ONU.
L’introduction en 2021 de nouvelles normes sur les bâtiments neufs, via la réglementation RE2020, vise à faire baisser d’au moins 30% les émissions de CO2 du secteur en dix ans. Selon le rapport de l’ONU, plusieurs stratégies présentent un fort potentiel pour diminuer les émissions : « l'utilisation plus intensive de l'espace (jusqu'à 70% de réduction en 2050 dans les pays du G7[1]) ; la conception économe en matériaux (entre 8% et 10% en 2050 dans les pays du G7) ; et l'utilisation de bois récolté de façon durable (entre 1% et 8% en 2050 dans les pays du G7) ». En outre, des stratégies d’utilisation des matières plus efficaces, y compris des matériaux recyclés, pourraient faire baisser de « 35% à 40% les émissions de GES » liées au cycle de vie du bâtiment à l’horizon 2050.

Alors que les matériaux représenteraient 15 à 20% de l’empreinte carbone d’un bâtiment, le recours aux écomatériaux, notamment des matériaux biosourcés ou géosourcés ayant un bilan carbone inférieur aux matériaux traditionnels, représente un enjeu pour parvenir à un secteur de la construction neutre en carbone d’ici 2050. De plus en plus plébiscités pour leurs performances techniques et environnementales, leurs filières tendent désormais à se structurer et se développer en France.

Présentation du « Guide des écomatériaux pour l’immobilier » de l’OID

En 2020, six étudiants du Master 2 DDMEG (Développement Durable Management Environnemental et Géomatique) de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne[2] ont notamment travaillé pour l’Observatoire de l’Immobilier durable (OID) pour étudier le développement de différentes filières d’écomatériaux en France.

Dans le cadre de cet atelier de travail, les étudiants ont notamment réalisé des fiches pratiques visant à fournir des informations concrètes et objectives sur un panel de 11 écomatériaux, concernant notamment leur disponibilité, leurs coûts, leurs avantages et inconvénients, etc.
A partir de ces travaux, l’OID a publié « Le guide des écomatériaux pour l’immobilier », destiné notamment aux acteurs du bâtiment et de l’aménagement du territoire. Ce document rassemble des informations techniques concernant les 11 écomatériaux étudiés, en mettant à disposition des supports variés : en premier, les fiches de synthèse pour chaque écomatériau, mais aussi des retours d’expériences accessibles en vidéos et des ressources utiles (références des organisations professionnelles, documents techniques établis, etc).

Les 11 matériaux biosourcés et géosourcés étudiés :
1 - Le bois
2 - Le chanvre
3 - La paille de colza
4 - La fibre de miscanthus
5 - La balle de riz
6 - La paille
7 - Le liège
8 – La ouate de cellulose
9 – La laine de coton
10 – La laine de lin
11 – La terre crue

Enfin, pour compléter ces fiches pratiques, l’OID propose notamment un  tableau interactif des matériaux biosourcés et géosourcés qui contient davantage d’informations techniques sur chacun des 11 écomatériaux précités : durée de vie, bilan carbone, recyclabilité, précautions d’usage, etc.

En savoir plus :
>> Consulter le « Guide des écomatériaux pour l’immobilier » (28 pages)
>> Accéder au tutoriel d'utilisation du Tableau intéractif des matériaux
>> Regarder les interviews d’experts sur les écomatériaux réalisées par l’OID : www.youtube.com/playlist?list=PLnOaKKB8Y-ay1lME1_3KRZdMQxTWVCIX8

[1] Allemagne, Canada, Etats-Unis d'Amérique, France, Italie, Japon, Royaume-Uni et Union européenne.

[2] Willy CHEVALIER, Céline TOUSSAINT, Maud GALVALISI, Théo FARGE, Valentin CABEDOCHE et Clémence GRENON

Ressource -
Publiée le 20.04.2021 - Modifié le 30.04.2021
0 commentaire

Donnez votre avis

(Source : taloen.fr et tableaupublic.com / ©OID)
Tableau intéractif des matériaux biosourcés et géosourcés dans l'immobilier, site réalisé en partenariatavec l'OID et l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne