Transition écologique

France Ville Durable présente les « Fondamentaux de la ville qui prend soin »

A l’occasion de l’événement "Habiter la France de demain", organisé mardi 9 février 2021 par le ministère de la Transition écologique, l’association France Ville durable (FVD), dont est membre le CNOA, a présenté sa vision de la ville de demain basée sur quatre piliers : sobriété, résilience, inclusivité et créativité.
ecoquartier_nantes.jpg

L’association France Ville Durable (FVD)[1] réunit l’ensemble des parties prenantes de la ville durable pour favoriser son développement, en France et à l’international, dans un cadre de travail partenarial. Elle définit notamment chaque année un programme de travail, autdes sujets d’intérêt général, impliquant quatre grandes catégories d’acteurs : les collectivités locales et leurs associations, les entreprises de toutes tailles, l’Etat et ses agences, ainsi que les experts urbains (en particulier les organisations professionnelles nationales). 

Cette association nationale propose aux collectivités et aux entreprises, des outils, méthodes et formations pour accélérer les démarches en faveur de la transition des villes et territoires. Elle a pour mission principale de diffuser les principes et solutions de la ville durable, dans l’objectif d’essaimer les bonnes pratiques et promouvoir l’expertise et le savoir-faire français en matière de ville durable.

Dans le cadre du Plan Ville Durable, le ministère de la Transition écologique a organisé le 9 février 2021 la 2nde édition d’« Habiter la France de demain », pour partager avec les acteurs de la ville les priorités de la transition écologique. Cette journée de réflexion et d’échanges pour les professionnels des territoires, acteurs et élus locaux, s’est déroulée en présence d'Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement. Les échanges ont porté notamment sur les enjeux et les initiatives pionnières en matière de ville durable, ainsi que sur les leviers pour accélérer la transition vers la ville de demain. 

A cette occasion, l’association France Ville Durable a publié une vidéo pour promouvoir « la vision de la ville de demain » portée par les professionnels français publics et privés, notamment le CNOA. Dans une logique d’intérêt général, cette vision s’inscrit au service d’un développement urbain « sobre, résilient, inclusif et créatif ».

Les enjeux de la ville de demain : sobriété, résilience, inclusivité et créativité

Face aux crises climatique et sanitaire, et à l’heure de la relance des territoires, la ville durable est d’abord « une ville qui prend soin […] de ses habitants, en particulier les plus fragiles, de ses écosystèmes, de ses infrastructures, de son espace public, de ses entreprises, des territoires environnants », défend France Ville Durable.

Membre de l’association, le CNOA partage cette vision, alors qu’il s’est engagé depuis longtemps pour agir en faveur de la transition des territoires urbains et ruraux, en accompagnant le changement de pratiques des architectes, et des acteurs du cadre de vie au sens large. Il milite pour une architecture et un aménagement durables des territoires, et attentif au bien-être de chacun. Notamment, il incite à la frugalité des modes de conception et d’aménagement, par son implication dans les groupes de réflexions dédiés (Action Cœur de Ville, Plan bâtiment durable, etc.) et la mise à disposition d’outils pédagogiques (Guide Maires et Architectes : 10 clés pour la transition écologique et sa plateforme dédiée à la transition écologique ), ainsi que par ses actions de formation à destination des architectes (rénovation énergétique, éco-conception, outils numériques spécifiques – BIM, Oscar, etc.).

Penser la ville durable nécessite, comme le souligne France Ville Durable, de s’appuyer sur « quatre grands piliers » :

1. La sobriété pour une « ville responsable qui fonctionne et se développe en respectant les limites de la planète », soit une « ville frugale » dans la consommation de ses ressources naturelles, en particulier non renouvelables : sur le plan de la conception, cela consiste notamment à privilégier la rénovation des bâtiments, à favoriser l'éco-conception (circuits courts, matériaux biosourcés, réemploi , réversibilité...), de penser les projets à plus grande échelle (du quartier, de la ville, du territoire), mais aussi de prendre en compte la biodiversité en réduisant l’artificialisation des sols et en re-naturant la ville (végétalisation, désimperméabilisation, etc.).

2. La résilience pour une « ville qui s’adapte », qui fait face aux risques en contexte de changement climatique et de raréfaction des ressources : mettre en place une stratégie de résilience nécessite de prendre en compte les risques naturels (érosion, tremblement de terre, etc.), climatiques (canicules, tempêtes, inondations, etc.) et sanitaires (pollutions, épidémies etc.), dans la conception de la ville et de ses bâtiments pour anticiper et s'adapter à ces phénomènes. Dès lors, il devient nécessaire de placer la santé et le bien-être au cœur des projets, et en particulier intégrer le confort d’été dans les programmes de rénovation et d’aménagement, végétaliser les espaces publics pour prévenir les risques de surchauffe urbaine, améliorer la gestion de l’eau, etc. 

3. L’inclusion pour une « ville pour toutes et tous », qui mobilise l’ensemble des acteurs pour construire un « référentiel commun » : cela consiste à « prendre soin » de tous les publics comme des écosystèmes naturels, et plus globalement de mettre la notion de bien-être au cœur des politiques urbaines, selon France Ville Durable. En particulier, il s’agit de créer des logements abordables, de renforcer la mixité sociale, fonctionnelle et intergénérationnelle, de développer des espaces partagés tout en veillant à l’accessibilité, notamment pour les personnes âgées ou en situation de handicap.

4. La créativité pour « une ville agile et innovante », qui soit à la fois attractive, créatrice d’emplois, et améliorant la qualité de vie des habitants : l’enjeu est de repenser les modes de vie et d’habiter, notamment concevoir des espaces et bâtiments pour optimiser leurs usages actuels et futurs (flexibilité, évolutivité, mutualisation etc.). Il s’agit aussi de proposer de nouveaux services (services à la mobilité, conciergerie, espaces de co-working, etc.) et de nouvelles activités culturelles, sociales et économiques au service de la transition écologique (agriculture urbaine, tiers-lieux et fab-lab, ressourceries et plateforme de recyclage, etc.).

>> Découvrir ces piliers dans la vidéo réalisée par France Ville Durable : « Les fondamentaux de la ville de demain »

 

[1] L’association France Ville Durable est issue de la convergence de deux structures, l’Institut Ville Durable et le réseau Vivapolis, initiée par l’Etat le 18 décembre 2019.

Publié le 15.02.2021 - Modifié le 16.02.2021
0 commentaire

Donnez votre avis

(Source : archicontemporaine.org / © Sergio Grazia)
Ecoquartier de la Bottière-Chênaie à Nantes. Architecte(s) : Atelier Tarabusi