Covid-19 : Nous ne sommes pas des irresponsables

Vendredi 20 mars 2020, suite aux propos du gouvernement concernant le maintien des chantier, le CROA PACA a co-signé un communiqué avec la CAPEB 13 et le SA13. Lundi, le CROA PACA s'est adressé au Préfet de région.
Chantier 2.jpg

Communiqué du 20 mars 2020 :

Non, nous ne sommes pas irresponsables.

Nous avons bien entendu le message du Président de la République et du Premier Ministre.

Dans la situation actuelle de confinement de la population française, il est encore possible de travailler MAIS en respectant scrupuleusement les consignes sanitaires et les geste barrières, édictées par les autorités sanitaires.

Nous, professionnels du bâtiment, nous avons à cœur de protéger nos salariés et nos clients. Et nous savons que, sauf exception, il est extremement difficile de garantir une bonne application de ces règles sanitaires, sur l’ensemble des chantiers du bâtiment, et notamment les règles de distanciation. L’OPP BTP, l’organisme de prévention du BTP, confirme cette expertise.

Bien évidemment, nous continuerons, sauf réserve de l’accord de nos clients, à assurer les chantiers qui peuvent l’être, et en particulier les travaux d’urgence et de dépannages.

Cependant, il apparait clairement, que dans l’immense majorité, la poursuite des chantiers ne pourra pas être assurée.
Il en va de la sécurité sanitaire liée au mesures de confinement, et du respect du code du travail lié à la sécurité du personnel.

En tant qu’organisation professionnelle responsable, nous appelons donc chaque chef d’entreprise, averti de la très grande difficulté à respecter les règles sanitaires, à évaluer, chantier par chantier, la possibilité d’intervenir en lui rappelant, ce qui est notre devoir, qu’il engage sa responsabilité à chaque fois lorsqu’il le fera.

Nous demandons donc avec la plus grande fermeté que les chefs d’entreprise, qui jugeront en leur âme et conscience que la poursuite de leurs chantiers n’est pas possible, puissent bénéficier pour leur activité des dispositions mises en place en termes de chômage partiel, sans aucune tracasserie administrative ou demande de justification autre que la pandémie actuelle. Et ce conformément à l’engagement du Président de la République qui a indiqué, à plusieurs reprises, lors de son allocation de lundi soir que l’ensemble des français se devait de respecter scrupuleusement les consignes de confinement « quoi qu’il en coûte ».

Patricia BLANCHET-BHANG, Présidente CAPEB 13
Françoise BERTHELOT, Présidente CROA PACA
Maxime REPAUX, Président SA 13

 

Ce communiqué est à télécharger ci-contre.

 

Publié le 24.03.2020 - Modifié le 15.04.2020
2 commentaires

Donnez votre avis

Excellent le courrier de Françoise Berthelot au préfet! 

Notamment le rappel concernant certains arrêts de chantiers imposés en été:)

Et l'impossibilité de garantir la sécurité des chantiers s'ils sont maintenus...Au préfet de voir....

 

Chers élus je vous trouve tièdes !

 

Notre responsabilité -toujours engagée- et notre autorité -toujours attendue-, qui sont notre justification, sont fondées sur notre liberté. Nous ne pouvons pas nous borner à ânonner des formules ponce-pilatiennes.

Intrinsèquement l'arrêt de la chaîne de production du BTP ne peut être partiel. L'avoir interrompue est une grave erreur déjà très lourde de conséquences d'autant plus dramatique qu'évitables.

Il faut rouvrir tous les chantiers avec toute la chaîne d'approvisionnement corolaire. Les entreprises avec les CSPS sont parfaitement capables d'observer des mesures de sécurités appropriées.

Un défaut d'appréciation de la situation par conformisme, outre le fait de révéler une incompétence paradoxale en matière de prise de décision, peut entraîner une catastrophe économique dont le poids en pertes humaines pourrait être au moins équivalent à celui de la pandémie.

Je ne donne pas cher de la peau de ceux qui, "en état de guerre déclarée", continuent à opposer des arguments administratifs d'ordre courant à l'application immédiate de solution thérapeutiques avérées. Avec ou sans effets secondaires la vie est toujours préférée par ceux qui sont sur le point de la perdre.

Il faut non pas seulement une remise, mais un effacement total, immédiat, définitif et inconditionnel de toutes les dettes et charges financières et sociales, des auto-entrepreneurs, artisans, et TPME (voire PME) du BTP, y compris les professions de la Maîtrise d'Œuvre.

Il ne faut pas s’étonner -et encore moins se plaindre- de notre éviction progressive si nous ne sommes plus en état de donner le la et de tenir la baguette.

.
.
Documents
Communiqué - Le CROA PACA, la CAPEB 13 et le SA 13 demandent l'arrêt des chantiers (20 mars 2020)