Un manifeste et un pavillon européen a la biennale d'architecture de Venise

Le Forum Européen des Politiques Architecturales (FEPA) a rassemblé un large public autour du lancement d’un manifeste, the EU CITY MANIFESTO, lors de l'ouverture officielle de la 13ème Biennale internationale d'architecture intitulée « Common Ground ».
manifestobanner.jpg

Le président Paolo Baratta, l’architecte Winy Maas et une large audience réunis pour lancer le EU CITY MANIFESTO aux Giardini,
« L’architecture est constitutive de la démocratie dans laquelle nous vivons. Quelle Europe voulons-nous? » a déclaré le président Baratta dans son allocution d'ouverture à la conférence EU CITY Manifesto aux Giardini de la Biennale de Venise, le 27 Août 2012.

« La perspective d’un éclatement de l’Europe doit nous faire réagir. Quelles actions entreprendre ? Comment donner une vision optimiste du futur ? » a répondu l'architecte Winy Maas (MVRDV, T?F).

Pour la première fois, l’Europe s’est invitée à Venise, donnant un signal fort au-delà des partcipations nationales. Cette conférence organisée par le Forum Européen des Politiques Architecturales (FEPA) lors de l'ouverture officielle de la 13ème Biennale internationale d'architecture intitulée « Common Ground », a rassemblé un large public aux Giardini de la Biennale autour du lancement d’un manifeste, the EU CITY MANIFESTO.

Organisations et réseaux européens s'étaient joints à cet événement afin de montrer leur soutien aux objectifs du Manifeste EU CITY MANIFESTO.
Ce manifeste est plus qu’un appel urgent aux autorités publiques européennes et nationales à un soutien à l’audace architecturale, aux processus alternatifs à la récession économique et pour la revitalisation des aires urbaines, ainsi à la régulation de la financiarisation de la ville par effet de levier. Ce manifeste vise à encourager de nouveaux modèles pour l'Europe, à transformer la crise en opportunités, à encourager la prise d’initiatives.

« L’Europe est toujours si attractive qu’elle est copiée et visitée par le monde entier, tandis que se développent des aires monotones sans qualités sans que personne ne semble s’en préoccuper » reprend Winy Maas, qui propose d’entamer avec le FEPA un tour des villes européennes pour engager des recherches, des discussions et des expositions sur leur devenir. Un « pavillon européen itinérant, interactif, collectant les données et images de la diversité européenne pendant 3 ans , pourrait aboutir à une grande exposition, vaste échange de points de vue, d’expériences et de visions pour l’avenir de l’Europe, à Paris » précise-t-il.

« Il est de notre devoir de jouer un rôle d’interface entre la pratique et le politique, en tant qu’ONG, et ce projet auquel Winy Maas s’associe est une façon de reprendre le terrain de la ville que la bureaucratie a envahi », précise Yvette Masson Zanussi (FEPA). « à nous de démontrer la nécessité de l’architecture dans la conception de la ville aux autorités européennes et à la puissance publique ».

« Les villes européennes se fondent sur une dimension culturelle et le modèle de production industrielle de la ville doit évoluer vers de nouvelles stratégies » ont estimé les participants à la table ronde, « ce manifeste est important à cet égard, comme une alerte adressée à tous ».

En signant le manifeste, le Président Paolo Baratta, se positionnant comme économiste, a souligné que « le bien vivre ensemble dépend de notre environnement et de la forme qu’on lui donne, de la qualité de la demande que l’on fait émerger ».

Le FEPA a encouragé tous les participants à rejoindre le projet et à signer le manifeste, qui sera remis au président de la Commission européenne et au président du Parlement européen, ainsi qu’aux Etats membres de l’Union Européenne lors d’un Conseil européen. Le Conseil des Architectes d'Europe a exprimé son souhait d'un travail commun sur ce projet.

Parmi les premières personnalités à signer le EU City Manifesto: Paolo Baratta, président de la Biennale di Venezia / Winy Maas, architecte (MVRDV, T?F) / Joost van Iersel, président de la commission 2020 au Conseil Economique et Social Européen / Marie-Hélène Contal, directrice adjointe de la Cité de l'architecture et du patrimoine / Djamel Klouche, architecte / Anne Houttan, chef de la représentation de la Commission Européenne en France / Cyrille Poy, journaliste, editeur / Pascal Brunet, directeur de Relais Culture Europe...

>> Pour signer le manifeste, télécharger des documents et plus d’informations : www.eucitymanifesto.eu <<


Pendant la Biennale, le FEPA avec T?F, ont également installé un lieu : THE EU MEETING POINT, présentant 2 expositions, comme point de départ du Programme EU CITY. Une exposition montrant 676 tours blanches, un ensemble de recherches et de projets qui explorent l'avenir de la ville européenne et projet de recherche AnarCity, développé cette année en collaboration avec le Berlage Institute de Rotterdam. Il s'agit d'une projection utopique d'un urbanisme par le bas poussé à l'extrême comme toile de fond de la recherche sur la ville européenne.

Par ailleurs, le FEPA a présenté sa publication, AlterArchitetcures, (ed Eterotopia), recueil de récits de processus et d’actions. Ces expériences sont le témoignage d'une période de changement, et pas un mouvement stylistique, ni une expression théorique de l'époque. Ce sont des projets concrets et réalisés, à différentes échelles et s’appuyant sur des nouvelles tactiques économiques. Ils apportent une réponse adaptée à de nouveaux défis environnementaux et économiques. Ils offrent des approches alternatives à la revitalisation urbaine, et ont un réel impact social, que la bureaucratie et l’augmentation des normes ont rendu impossibles dans le respect du cadre règlementaire existant. Le livre a pour but de sensibiliser la puissance publique, les décideurs politiques à ces processus nouveaux, afin de permettre l'innovation, la diversité, l'expérimentation, la recherche en ces temps de crises.

>> Voir : www.fepa.eu ; www.eucitymanifesto.eu

Publié le 11.09.2012
0 commentaire

Donnez votre avis