Retour sur la soirée des voeux 2019

Vendredi 25 janvier, vous avez été nombreux à répondre à l’invitation du CROA PACA, pour la cérémonie des vœux suivie de la table ronde « L’habitat participatif, comment ça marche ? Trois projets pour comprendre ». Retrouvez dès aujourd’hui en ligne le discours des vœux de la présidente. La captation de la table ronde suivra dans les prochaines semaines sur Architectures en Ligne !
Le 31 janvier 2019

Voeux 2019 de l'Ordre des Architectes PACA

Date d'enregistrement
Vendredi, 25 janvier, 2019 - 18:30
Durée
00:09:41

Le Conseil Régional de l'Ordre des Architectes remercie l'ensemble des participants à la soirée du 25 janvier, qui s'étaient déplacés nombreux pour les voeux et la table de ronde qui a suivi.

Après son discours (disponible ci-dessous), la Présidente a proposé à l'assemblée de prendre la parole. Arlette Fructus, adjointe au maire de Marseille en charge du logement, est revenue sur le travail en cours pour lutter contre le logement insalubre. Régis Rioton, trésorier du Conseil National de l'Ordre, a ensuite annoncé l'ouverture d'une plateforme afin que les architectes puissent participer au Grand Débat National. Elle est à présent ouverte : http://grand-debat.archi/.

Après la cérémonie, près de 150 pesonnes ont assisté à la table ronde « L’habitat participatif, comment ça marche ? Trois projets pour comprendre », réunissant Sylvie Detot, Thomas Huguen, Frédéric Jozon et Pierre-Charles Marais (en savoir plus). Après la présentation de trois opérations, un temps d'échanges avec la salle a permis au public de mieux comprendre la démarche, les outils et les enjeux de l'habitat participatif. La vidéo sera bientôt disponible sur Architectures en Ligne !

 

Discours des Voeux de Françoise Berthelot, présidente du Conseil Régional de l'Ordre des Architectes PACA :

 

« Bonsoir à tous et merci d’être aussi nombreux ce soir.

Comme chaque année, cette cérémonie des vœux correspond également à la réunion annuelle de notre Institution. Je suis ravie de pouvoir, à cette occasion, inviter l'ensemble de nos confrères et consœurs de la région PACA pour leur présenter notre travail de l'année écoulée et de nos ambitions à venir.

Créer des liens était une première ambition au début de notre mandat. Tout d’abord avec vous, chers confrères et consœurs, mais aussi les maîtres d’ouvrage, les administrations et enfin les acteurs de la construction.

L’Ordre est maintenant visible sur les réseaux sociaux, et la newsletter plus attractive vous informe de notre actualité et des formations mises à votre disposition. 

La nouvelle formule des Architectes « ouvrent les portes » a permis de nombreuses rencontres avec le public mais aussi entre les architectes d’un même département. Créant une nouvelle solidarité.

Nous avons organisé notre premier conseil délocalisé à Avignon. Le prochain se tiendra en mars dans les Alpes-Maritimes.

Je me réjouis des contacts que nous avons noués avec les CAUE, Lis Avi, Envirobat Bdm, les organismes de formation continue entre autres et qui seront, je l’espère à l’origine d’une collaboration fructueuse.

Et, pour clore le thème de la communication, j’ai inauguré le 25 octobre une nouvelle discipline, le Facebook Live, qui vous a permis de poser vos questions en direct. L’expérience sera renouvelée prochainement et j’espère que vous serez nombreux à la suivre en ligne.

La DRAC a bien voulu nous accueillir à Aix-en-Provence nous permettant de faire part de vos difficultés aux Architectes des Bâtiments de France. Il y a encore beaucoup à dire.

Nous continuerons à proposer à nos confrères les actions culturelles dont ils sont friands. Des professeurs de l’école de Marseille sont intervenus ici-même à trois reprises pour le bonheur des architectes marseillais. Qu’ils en soient remerciés.

L’énumération des travaux de nos commissions serait longue et fastidieuse, et je voudrais ce soir saluer le travail des conseillers. Je peux citer entre autres : la formation, l’analyse des contrats privés tant avec les promoteurs qu’avec les particuliers, les nouveaux modes d’exercice, l’évolution des normes en fonction des nouveaux décrets etc. Sans oublier le projet transalpin Alcotra Habit.A... Plusieurs manifestations ont été organisées en fonction de l’actualité : débat sur l’affaire de la Corderie, rencontre autour de la loi ELAN le 17 mai, table ronde sur la réhabilitation des centres anciens après les événements de la rue d’Aubagne. Je voudrais aussi ce soir remercier les journalistes qui nous ont accompagnés lors de ces manifestations et souhaiter que notre collaboration perdure cette année encore.

La mise en place d’un nouveau mode de fonctionnement et une actualité chargée ne nous ont pas laissé le temps d’aller au bout de tous nos projets. La défense du maintien de la loi MOP a constitué une grande partie de nos actions. Avec entre autres le recours contre les PPP des écoles de Marseille et bien entendu les actions contre la loi ELAN.

Hélas, malgré tout la loi ELAN a sonné le glas du mécénat public qui faisait de l’Etat et des collectivités des maîtres d’ouvrage de talent. Nous sommes plus que jamais condamnés à démontrer que l’architecte est un professionnel qualifié. La préservation du patrimoine, la transition énergétique, la rénovation de bâtiments existants, la mise en valeur du patrimoine foncier et j’en passe font partie du quotidien de nos confrères. Préserver l’environnement, préserver le bâti existant l’améliorer, diminuer l’empreinte carbone des projets futurs, n’est-ce pas aussi là notre avenir ? Il semble que tant en ce qui concerne la commande que l’action citoyenne nous n’ayons plus le choix d’ignorer les missions qui se rapportent à ces sujets.

Je n’ai aucun doute sur la capacité à s’adapter de nos confrères, n’ont-ils pas été les premiers parmi les acteurs du bâtiment à s’équiper et à se former au BIM ? Notre tâche sera désormais de faire reconnaître ces compétences.

Le sujet de la formation initiale est récurrent. Je tiens d’ailleurs à féliciter Hélène Corset pour sa récente nomination au poste de directrice de l’ENSA•M, et lui demander d’être avec Guillaume André, conseiller et membre du nouveau conseil d’administration de l’école, nos portes-paroles auprès des administrateurs afin que ces nouvelles pratiques soient développées dans l’enseignement qui sera dispensé aux futurs étudiants. Mais peut-être est-ce déjà prévu.

Quoiqu’il en soit, je suis heureuse des liens noués entre notre conseil et l’ENSA•M. Je ne doute pas que ces liens persisteront et je fais le vœu qu’ils nous permettent de faire part de notre expérience afin que l’école, outre l’apprentissage de la réflexion, de la conception et la transmission d’une culture indispensable, prépare au mieux les futurs Architectes aux difficultés de notre métier.

Nous préparons un appel au volontariat pour l’analyse du PLU métropolitain de Nice à nos confrères des Alpes-Maritimes à l’occasion de l’enquête publique. Il concerne 42 communes. Ce qui peut paraître anecdotique à l’échelle de la région est en fait la préparation d’une action qui pourrait s’appliquer aux communes et métropoles de nos six départements. Les PLU n’évoluent pas suffisamment et sont trop souvent calqués sur les anciens POS totalement inadaptés à nos spécificités territoriales. A l'heure de la métropolisation des départements, notre vigilance doit être extrême et je souhaite que nous puissions accompagner les élus de ces communes afin qu’ils puissent encore garder leur libre arbitre et demeurer les maîtres d’ouvrage maîtres de leurs territoires, indépendants.

Beaucoup d’entre vous sont concernés par la loi ELAN que je viens d’évoquer. Au prétexte de construire mieux plus vite et moins cher, le gouvernement fait table rase de 50 ans d’histoire politique avec une volonté féroce de recentraliser. Je crains hélas que les grandes opérations d’urbanisme ne deviennent le moyen de livrer tout le territoire aux majors qui n’ont que faire des notions de proximité et de spécificités régionales. Je pense aussi aux bailleurs sociaux qui ont du se regrouper quand il n’avaient pas atteint le seuil de logements éligible, entre autres les organismes communaux ou de proximité qui construisent des projets à taille humaine Je fais le vœu aujourd’hui que tous puissent garder l’autonomie qui nous permettait les échanges fructueux nécessaires à la construction d’un bâti de qualité.

Jusqu’à ces jours, il n’a pas été souvent question de la promotion privée en ces lieux. Elle constitue pourtant une grande part de notre activité. Ce qui fait des promoteurs privés des partenaires privilégiés et, contrairement aux idées reçues, attachés à la production d’une architecture de qualité. Il faut tout de même rappeler le défi et la difficulté d’intégrer la mixité sociale dans leurs projets et je fais le vœu que certaines dispositions de la loi ELAN (je pense en particulier à la vente en l’état de futur achèvement) leur permettent et nous permettent en collaboration étroite avec les bailleurs sociaux d’offrir des logements les plus adaptés aux futurs habitants.

Notre histoire nous a montré à quel point l'architecture influence le devenir de quartiers entiers. Je fais le vœu que notre profession soit à la hauteur de cet enjeu. Nous devons y mettre toute notre compétence.

Les projets que je viens d'évoquer et les vœux que je viens d’exprimer seront déclinés dans les cinq points de la politique mise en place par notre mandat et qui sont les suivants :

  • Réaffirmer le rôle et le statut de l’architecte
  • Etre présent dans la cité
  • Anticiper les transformations du métier d’architecte
  • Développer les liens avec les acteurs du bâtiment et de la culture
  • Valoriser les spécificités régionales PACA.

C'est un programme ambitieux dont les premiers jalons ont été posés en 2018.

Et j'ai confiance en l'ensemble de notre Conseil pour continuer à œuvrer en ce sens pour cette nouvelle année 2019.

Bonne et heureuse année à toutes et à tous. Merci. »

 

Publié le 31.01.2019 Par CROA PACA
0 commentaire

Donnez votre avis