Résultat de concours en images

L’IGN SUR LE SITE DE L’AÉROPORT BEAUVAIS-TILLÉ
Le 27 septembre 2016
facade_nord-est_couleur_sans_ciel_-_copie.jpg

EQUIPEMENTS / TERTIAIRE - LOCALISATION TILLÉ (60)
MAÎTRE D’OUVRAGE SYNDICAT MIXTE DE L’AÉROPORT DE BEAUVAIS-TILLÉ (SMABT) - AMO SOCIÉTÉ D’AMÉNAGEMENT DE L’OISE (SAO)

PROGRAMME CONSTRUCTION DE BÂTIMENTS POUR ACCUEILLIR L’IGN SUR LE SITE DE L’AÉROPORT BEAUVAIS-TILLÉ (60)
SURFACE DE PLANCHER 3 526 M2 DONT 997 M2 POUR LES BUREAUX ET 2 529 M2 POUR ‘HANGAR/ ATELIER
COÛT TRAVAUX 3 550 000 € HT -Indemnité : 25 000 € HT

Projet lauréat : ARVAL

Le projet présenté se développe en trois ondulations successives de l’Ouest du site vers l’Est où le terrain s’élargit, réponse douce à la géographie très horizontale du territoire.

La double courbure dégage en un seul mouvement les volumes adéquats pour chacun des deux hangars, intégrant les hauteurs différenciées des ateliers et les dégagements nécessaires aux mouvements et à l’entretien des avions.

A l’Ouest, une troisième onde plus étroite et plus basse abrite les deux niveaux de bureaux du programme. Elle s’arrête à son sommet laissant libre l’espace au sol pour l’extension envisagée.

Ainsi, l’ensemble du programme est unifié dans une volumétrie dynamique et chargée de sens. Une identité forte se dégage du projet qui sera clairement repérable dans le paysage naturel et urbain environnant, valorisant ainsi l’activité qui y trouve place : La géographie, l’aviation…

Les éléments du programme  sont implantés autour d’un axe bien lisible de circulation et de distribution Est-Ouest qui traverse le projet dans sa longueur. Le hall d’entrée inclus dans le bâtiment bureaux ouvre directement après contrôle d’accès vers le bâtiment hangars par cet axe de circulation et profite de la double hauteur sous la couverture courbe.

Le hangar maintenance, orienté au Nord, ouvre vers le parking avions côté piste par une porte accordéon de 38 m de passage libre.

Les ateliers sont placés à l’arrière de ce hangar, le long de la circulation générale.

Le hangar de stationnement est installé à l’Est du premier au delà du sas, petit côté vers le tarmac. Deux avions y stationnent l’un derrière l’autre, la porte accordéon ouvrant vers les pistes laissant 19 m de passage libre.

Les bureaux sont regroupés dans un bâtiment dédié, à l’Ouest de celui des hangars/ateliers et relié à celui-ci par une galerie –dont une partie servira de hall provisoire avant et pendant la réalisation de la phase 2-.

L’accès véhicule dessert à l’Ouest le stationnement dédié aux bureaux : 35 places (dont

Les aménagements paysagers traduisent les principes du bâti proposé. Sur les parties plantées deux essences seulement : salix purpurea gracilis nana et lonicera pileata dessinent des ondulations et des lignes alternées au Nord des bureaux, reprenant le rythme des façades.

perspective_aerienne_couleure_-_copie.jpg

 

Projet Xavier SIMONNEAUX

Ce projet placé dans son temps ne devra être qu’un outil favorisant et accompagnant les objectifs de la SMABT pour accueillir parfaitement les locaux de l’activité aérienne de l’IGN.

La parcelle proposée ne peut être lue sans comprendre sa position et son histoire.

En effet, nous aurons une lecture de celle-ci depuis la voie publique comme un foncier en fond d’aménagement urbain, placé en lisière de la limite aéroportuaire et dans un quartier en pleine mutation.

Notre composition architecturale devra donc être au regard des attendus du maître d’ouvrage, un élément significatif par son impact dans le paysage. Elle sera au regard des attendus de la SMABT, une construction majeure de la réussite de la transition urbaine de ce lieu.

Cette écoute du lieu et des attendus, nous a conduit à vous proposer une écriture des masses par une juxtaposition de volumes, cherchant leurs proportions et leurs expressions au travers des nouvelles constructions, dans le tissu bâti existant et sur les Recommandations du Cahier des Prescriptions architecturales, paysagères, environnementales de l’ECOPARC/BEAUVAIS TILLE.

Cette composition a donc pour souhait d’accompagner le paysage existant (horizontal), tout en recherchant à minimiser l’effet de volume attendu dans le programme.

Pour cela, nous vous proposons de placer les deux hangars sous 4 volumes de formes dynamiques, cherchant leur expression architecturale dans l’écriture de la nouvelle tour de contrôle.

Ces 4 volumes de forme trapézoïdale créent entre eux des failles s’ouvrant pour accueillir la lumière naturelle.

L’expression architectonique de ces volumes s’écrit par un jeu de lignes qui puise sa composition dans le paysage arboré lointain autour de l’aéroport.

Ces volumes seront revêtus de métal de couleur zinc, ainsi que de bardages polycarbonates translucides de nuance grise. Ces couleurs étant puisées dans l’expression architecturale de certains volumes du bâtiment recevant le SDIS de l’Oise.

Il est nécessaire d’écrire une 5ème façade dans les mêmes qualités, afin que les voyageurs de l’aéroport perçoivent lors de leur arrivée l’harmonie de ce lieu.

Un 5ème volume, plus aérien, viendra compléter cette composition. Il recevra sur deux niveaux le bâtiment de bureaux.

L’écriture de ce bâtiment s’exprimera par une coque soulignée par une lame de métal en zinc et en membranes, trouvant sa place sur un socle composé de bois et de verre.

Entre cette lame, les parois de façade seront également habillées de bois.

Cette lame aura comme fonction de protéger ces façades des intempéries et de l’ensoleillement, en plus de couvrir le bâtiment.

La façade Sud sera complétée de pare-soleils verticaux devant chaque fenêtre en lames polycarbonates colorées.

Cette écriture, à la fois aérienne et dynamique au-dessus de paysage horizontal, sépare parfaitement les espaces extérieurs et intérieurs entre la partie publique et la partie aéroportuaire.

L’écriture paysagère est sur la même composition que le bâtiment.

Elle s’organise depuis le nouvel accès sur le domaine public, par une première voie de service recevant la première phase de stationnement, les accès vers le magasin, les lieux de stockage et de déchets.

Nous avons également imaginé sur cette voie une aire de dépotage pour recevoir la livraison du kérosène, afin d’éviter l’accès aux véhicules extérieurs sur le tarmac.

Une deuxième voie sera prévue en première phase. Elle permettra l’accès au futur chantier des bureaux. Elle recevra en phase finale, le complément de stationnement et un sas d’accès vers le tarmac ; celui-ci étant parfaitement visible de l’ensemble des bureaux de commandement et opérationnel.

La voie d’accès sera complétée par une voie douce et cyclable. Un traitement du type « minéral » et « végétal » sera aménagé entre l’ensemble des places de stationnement, le hall, les salles de détente et de réunions. Il permettra d’y placer quelques espaces de détentes extérieurs.

Notre organisation fonctionnelle s’écrit sur un axe majeur parallèle aux plus grandes limites de la parcelle proposée et à la piste principale de l’aéroport.

Cet axe nous l’avons exploité comme une colonne vertébrale organisationnelle de notre projet.

 

perspective_final_rendu.jpg

 

Projet Jean-François Schmit, Architectes :

L'urgence de l'objectif calendaire a conduit le projet de construction de bâtiments pour accueillir l'IGN sur le site de l'aéroport Beauvais-Tillé (60) vers la conception d'un bâtiment outil, au confort de travail généreux, transcrivant l'image de l'IGN tout en étant pérenne et facilement maintenable.

Le planning contraint devient un atout pour l'économie de la construction. Afin de tenir le délai de réalisation de la première phase, la structure des hangars et des ateliers est métallique pour minimiser les durées d'exécution et éviter la mise en place d'une grue à tour. La structure du bâtiment tertiaire est un système poteaux/poutres en béton afin de permettre la flexibilité de l'aménagement intérieur et la facilité de réalisation de l'extension future en façade Ouest.

Les matériaux de façade sont choisis pour leur pérennité et leur conformité au cahier de prescriptions architecturales de l'Ecoparc. Les hangars et ateliers sont revêtus d'un bardage métallique à ondes verticales de teinte foncée. La partie haute de la façade Sud comporte une bande en polycarbonate alvéolaire permettant la pénétration de lumière naturelle à l'intérieur des hangars. Le traitement des portes des hangars fait référence aux cartes de l’IGN et à leur pliage.

La qualité environnementale et le développement durable sont mis en valeur au travers du traitement paysager des clôtures et de l'infiltration des eaux de pluie. Les façades du bâtiment tertiaire revêtues de bois dialoguent avec les constructions futures de l'Ecoparc.

La compilation des réglements aéroportuaires (largeur du Taxiway, espace de sécurité de 20m, emprise de stationnement des avions dont zones de giration et distance de sécurité de la façade) induit une position du bâtiment a près de 40m du Taxiway principal. Cela induit donc la volumétrie et la position du bâtiment.

Des volumes clairs, et des flux simples participent à l'évidence du fonctionnement et donc à l'appropriation du lieu de travail par les usagers. L'organisation des flux des personnels a été conçue pour qu'il n'y ait pas de différenciation entre les différents usagers, mais des rencontres possibles notamment au niveau de l'accueil et des espaces de détente. La réduction des temps de parcours et l'organisation des flux des personnels navigants, du traitement d'image et des mécaniciens offre un confort de travail évident.

Le bâtiment retranscrit au travers de ses différentes fonctions l'image de l'IGN. Métiers et savoir-faire sont valorisés au sein d'entités qui leur sont dédiées et adaptées à leur usage.

projet_jean-francois_schmit_architectes.jpg
Publié le 27.09.2016
0 commentaire

Donnez votre avis

CROA PICARDIE
Arval Architecture