Remerciements à Stéphane Bern

Le Conseil national de l'Ordre a adressé ses remerciements à Stéphane Bern pour ses prises de positions fortes en faveur de la préservation du patrimoine architectural et en particulier contre les dispositions du projet de loi Elan qui le menacent.
Le 11 septembre 2018
bern.jpg

Voici la lettre adressée le 7 septembre 2018 :


A Monsieur Stéphane BERN

Cher Monsieur,

Au nom des 30 000 architectes que j’ai l’honneur de représenter, je tiens à vous remercier d’avoir, dans le cadre de la mission qui vous a été confiée, alerté l’opinion et interpellé le Gouvernement et les parlementaires des risques que le projet de loi ELAN fait courir à notre patrimoine architectural.

Ce projet qui pourra comme vous l’avez souligné, permettre « de détruire des pans entiers de sites protégés sous prétexte qu’ils sont vétustes », est effectivement un mauvais coup porté à l’architecture et aux atouts de nos territoires.

Nous avons sincèrement apprécié que vous ayez rendu cette question sensible au public par des exemples concrets tels que notamment le quartier Saint-Jacques à Perpignan, que le maire de la ville souhaite démolir en se saisissant de l’opportunité offerte par la future loi Elan. Nous avons également apprécié que vous ayez défendu la compétence des architectes des bâtiments de France, laquelle ne s’exerce pas en dehors du cadre démocratique, contrairement à ce qui a pu être entendu, et n’est dans la très grande majorité des cas aucunement contestée.

Mais vous le savez, le projet de loi ELAN ne se contente pas de mettre en péril le patrimoine existant ou naturel du littoral. Il porte gravement atteinte au patrimoine architectural de demain et c’est l’idée même de qualité du bâti qui est sacrifiée au profit d’une logique de rendement financier à court terme.

Ce projet supprime ainsi l’obligation de concours pour les grands projets de logements sociaux publics ; il menace en outre la loi MOP, démarche qualité de l’acte de bien concevoir et construire en commande publique, et du périmètre de laquelle le logement social risque de sortir purement et simplement.

Ce texte, nous l’avons exprimé à plusieurs reprises ne contient aucun objectif qualitatif que ce soit sur le plan sur le plan économique, social, architectural, urbanistique ou environnemental. Nous refusons pour notre part, de voir resurgir les erreurs de la construction bâclée des années cinquante et continuerons à nous mobiliser pour préserver et promouvoir, au nom de l’intérêt public, le meilleur cadre de vie pour nos concitoyens.

Je serai très heureux de pouvoir m’entretenir plus longuement avec vous pour « faire bouger les lignes » en faveur de la qualité architecturale du patrimoine français d’aujourd’hui et de demain.

En vous remerciant à nouveau de votre engagement, je vous prie d’agréer, cher Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

Denis DESSUS
Président du Conseil national de l'Ordre des architectes

Publié le 11.09.2018
0 commentaire

Donnez votre avis

(source : missionbern.fr)
S. Bern