Qualité architecturale des logements sociaux

La première réunion du groupe de réflexion pour la qualité d'usage et la qualité architecturale des logements sociaux, mis en place par le ministre de la Culture et présidé par Pierre-René Lemas, a eu lieu le 19 décembre 2019.
Denis Dessus, président du Conseil national de l'Ordre, aux côtés de Franck Riester  lors de du lancement du groupe de réflexion pour la qualité d’usage et la qualité architecturale des logements sociaux, présidé par Pierre-René Lemas.

Quels enseignement tirer de cette première réunion ?
Denis Dessus : Il s’agissait d’une réunion générale de mise en place et pas encore d’une séance de travail. Néanmoins les points essentiels ont été dits. J’ai rappelé notre volonté et notre insistance pour que ce groupe de travail se constitue et j’aurais évidemment apprécié qu’il se réunisse au début du processus ELAN et non une fois que la loi est figée.

La loi ELAN a en effet modifié les conditions d’exercice de la maîtrise d’ouvrage sociale et ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée, notamment en matière de maîtrise d'oeuvre. Alors que la loi MOP est une démarche qualité de l’acte de bâtir, les bailleurs sociaux n’y sont désormais plus soumis pour le volet concernant leurs relations avec la maîtrise d’oeuvre privée. Ils ne sont plus tenus à l’obligation d’organiser des concours pour les grands projets de logements. Cette déréglementation porte en elle des risques de perte de qualité urbaine et architecturale. L’objectif de nos travaux sera donc de trouver les meilleurs modes opératoires pour produire cette qualité dans le nouveau cadre réglementaire et législatif. C’est une nécessité car l’architecture contribue de façon majeure à la production de notre cadre de vie, et doit jouer un rôle essentiel dans la transition écologique.
 
Quels sont les points de convergence entre maîtrise d’œuvre et bailleurs sociaux, et les points d’achoppements ? 
Denis Dessus : L’USH est motivée pour concevoir des logements durables, économiques et écologiques, adaptés au changement climatique. C’est également la motivation des architectes, imaginer un habitat répondant aux besoins d’aujourd’hui et adaptables aux besoins de demain. Cette approche sociale et environnementale est notre credo, avec une vision large incluant l’insertion urbaine et sociale du logement dans son contexte, une approche holistique que l’architecte peut apporter, s’il en a la mission et les moyens. Les premières interventions ont souligné le problème de la part croissante des VEFA (Vente en Etat Futur d’Achèvement) dans la production des logements sociaux, et les effets pervers générés que n’a pas traités la loi ELAN. Pour l’USH et le CNOA, il est nécessaire de trouver des solutions pour garantir la qualité construite en VEFA. 
Il n’y a pas de points d’achoppement de principe, puisque notre rôle est de répondre aux besoins de nos maîtres d’ouvrages, les bailleurs sociaux dans ce groupe de travail, et des usagers. Nous allons leur proposer des missions étendues, en amont et en aval de la mission de base classique de la maîtrise d’oeuvre, pour « coller » à leurs attentes, accélérer l’amont grâce à des études de faisabilité, mieux intégrer le contrôle de la performance ou la gestion de l’entretien et de la maintenance. L’expérience fait que nous sommes convaincus qu’une équipe de maîtrise d’oeuvre compétente, intégrant parfois des compétences étendues, mais cohérente et responsabilisée est une bien meilleure solution que l’atomisation des missions, permise aujourd’hui en logement social, et qui serait une source de complexité et de moindre qualité. Nous pensons également qu’il faut plus d’architecture, et donc de missions aux architectes, dans la rénovation, secteur qui est un enjeu majeur et encore trop orienté aujourd’hui sur les seules problématiques énergétiques.   
 
Quelle sera la traduction finale de ces échanges ? (guide de bonnes pratiques, convention, comité de suivi… ?)
Denis Dessus : 
Difficile de prédire à quoi aboutira cette commission. A minima à un rapport qui devrait être un guide des bonnes pratiques de l’acte de concevoir et de bâtir : je suis convaincu que nous arriverons, entre gens de bonne volonté ayant le même objectif, à déterminer les meilleures pratiques pour obtenir la qualité architecturale des logements rénovés et neufs dans une approche écologique, soucieuse de la santé et du bien-être de ses habitants. 

 

>> Voir l'article de Batiactu "Première réunion entre bailleurs sociaux et maîtres d'oeuvre "

 

Publié le 30.12.2019 - Modifié le 08.01.2020
0 commentaire

Donnez votre avis

(Ministère de la Culture)
Denis Dessus, président du Conseil national de l'Ordre, aux côtés de Franck Riester lors de du lancement du groupe de réflexion pour la qualité d’usage et la qualité architecturale des logements sociaux, présidé par Pierre-René Lemas.