Plan de relance post-crise, l’urgence économique ne doit pas occulter l’urgence écologique et sociale

Afin de contribuer à l’effort collectif de redressement de notre économie, et à la sollicitation de la filière de la construction, le Conseil national de l’Ordre des architectes (CNOA) a établi un plan de relance post-crise, dont les propositions sont destinées à être affinées, amendées, à l’aune des premières orientations que prendra le gouvernement.
Le 28 avril 2020
Chantier

Afin de contribuer à l’effort collectif de redressement de notre économie, et à la sollicitation de la filière de la construction, le Conseil national de l’Ordre des architectes (CNOA) a établi un plan de relance post-crise, dont les propositions sont destinées à être affinées, amendées, à l’aune des premières orientations que prendra le gouvernement.

Pour le CNOA, l’urgence économique ne doit pas prévaloir sur l’urgence sociale et écologique.

L’urgence est trop souvent mauvaise conseillère : il est hors de question de prendre les mauvaises décisions pour retrouver de la croissance, en oubliant l'urgence climatique et sociale. Il n’est donc pas envisageable de s’affranchir des règles, normes et procédures pour bien concevoir et bien construire, il faut au contraire maintenir un haut niveau d’exigence dans ce qui va être imaginé dans cette période post-covid.

Les propositions du CNOA s’inscrivent dans le droit fil des engagements de la COP 21 et dans la perspective d’un green deal européen et français que les architectes appellent de leurs voeux.

La crise fournit l’opportunité de réfléchir à la qualité de vie de tous les concitoyens, à l’urbanisation de demain ainsi qu’à de nouveaux équilibres socio-économiques dans nos régions, et en particulier entre les métropoles et les territoires situés hors de celles-ci.

Le plan de relance doit se concentrer notamment sur la rénovation et l’adaptation de notre territoire : réinvestir et requalifier les zones commerciales obsolètes, les entrées de ville maltraitées, les lotissements, et bien sûr les cœurs de ville en déshérence.

La crise actuelle démontre également l’importance du logement, la nécessité d’en améliorer la valeur intrinsèque, sa poly-fonctionnalité, au moment où le travail se réorganise et se fait à distance.

La prise en compte des enjeux de santé dans les bâtiments devient aujourd’hui évidente. Ce doit être un élément incontournable d’une démarche de conception multicritères, en construction neuve comme en rénovation.

Les trois échelles des territoires, des villes et des bâtiments offrent chacune d’immenses opportunités pour la relance de nos économies tout en répondant aux attentes sociales.

Afin que la relance économique s’effectue dans un objectif d’amélioration de la qualité de vie, le Conseil national de l’Ordre des architectes émet une série de propositions pour :

  1. Assurer la continuité et l’efficacité du service public
  2. Renforcer la cohésion des territoires
  3. Dynamiser les Marchés de maîtrise d’œuvre et de travaux
  4. Faciliter l’investissement immobilier
  5. Prendre en compte les problématiques santé
  6. Amplifier la rénovation des logements et équipements
  7. Soutenir les professionnels par des mesures fiscales, sociales et financières

Cette contribution comprend également une note explicative sur la proposition d’instaurer le permis déclaratif.
 

Publié le 28.04.2020 - Modifié le 28.04.2020
1 commentaire

Donnez votre avis

Mais que vient faire ici un programme poitique que beaucoup d'architectes ne soutiennent pas sur de nombreux points ?

(photo : Lektz /CC BY-SA 4.0 / https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/deed.fr)
Chantier
Documents
Propositions CNOA Plan de relance 20 avril 2020
Le permis de construire déclaratif (note avril 2020)