Performance artistique Ieshibari : « Maison liée » - 17/06 à Audenge

Performance artistique de l’artiste japonais Harutaka Matsumoto le samedi 17 juin de 16h30 à 18h30 dans « la maison de peu » à Audenge (port d’Audenge).
Le 12 juin 2017
Invitation

Dans « la maison de peu » dessiné récemment par Jean Lattanzio au 13 rue des acacias Début de la performance à 16h30, Nœuds en boucle 18h00, fin de la performance 18h30.

L’« Assemblage Jomon* » sera exposé du 17 au 23 juin 2017 de 13h00 à 19h00. Les 19, 20 et 21 juin uniquement sur réservation : expo-ieshibari@lattanzio-eau.com tel.05.56.92.60.38.

Vous pouvez rencontrer Harutaka Matsumoto pour toute prise de RDV durant cette période où il sera présent en France.

Home-Binding - Ieshibari

Projet Ieshibari « Maison liée » à Audenge (Bordeaux) :

Unir et lier, France et Japon.

Ieshibari - « Maison liée » est une nouvelle forme d’art Jomon*. Lorsqu’une famille et ses amis lient une maison, la corde utilisée laisse des traces et des souvenirs. Cet événement artistique de type assemblage contribuera à resserrer les liens entre la France et le Japon.

La corde est mise en place, reliée, tournée, et nouée en fonction du sens esthétique de chaque participant; ainsi, elle se transforme en œuvre d’art. Lorsqu’une maison est liée, son image, d’ordinaire vague, émerge alors clairement dans le paysage. De même, au moment précis où les membres de la famille réalisent le nœud final, il y a ce sentiment ambivalent que la maison est délivrée de ses liens et qu’elle se transforme en sculpture.

Ainsi, dans le prolongement de la poterie Jomon, décorée d'empreintes de cordes, la maison est devenue une maison de style Jomon, et une série de photos sont prises pour commémorer la création marquée par la corde et pour conserver cette œuvre d’art contemporaine de style Jomon.

Après le dénouement de la corde, le souvenir de la maison liée reste gravé dans le cœur et l’esprit des participants comme des empreintes de corde.

Harutaka Matsumoto + hmp*

Le Projet Ieshibari a commencé en 2010. Cette année-là, Matsumoto remarque un paquet de vieux journaux ficelé où le croisement du fil créait une division en 4 parties. C’est alors que l’idée lui est venue de « ficeler » des maisons de la même manière. Le nombre 4 est à la racine des œuvres de Matsumoto.

Pour plus d’informations :

·         Consulter le site (Anglais / Japonais) : http://harutakamatsumoto.com/

·         Télécharger le dossier « Jomon double bind house » (Anglais / Japonais) :https://wetransfer.com/downloads/3a158f22781dbd8019bf07581b5c79d220170609100846/68abbc153bbd037febde7b27b88c315120170609100846/42bb29

* « Jomon » se rapporte à une période préhistorique japonaise (environ 14 500 à 300 ans avant J-C). Ce terme est en fait la traduction japonaise de l’anglais cord marked, (empreinte de corde), une expression utilisée d’abord par le chercheur américain Edward S. Morse en 1877, pour évoquer les caractéristiques de la poterie de cette période. Pendant la période Jomon, le Japon était habité par des chasseurs-cueilleurs qui créèrent en effet des poteries extrêmement sophistiquées, finement ouvragées en imprimant des cordes dans l’argile encore humide.

* hmp: Nom de l’artiste du projet artistique Harutaka Matsumoto et de son éditeur Yoshie Kakuta

Publié le 12.06.2017 Par croaa
0 commentaire

Donnez votre avis

Jean Lattanzio
Invitation