Mission parlementaire sur la création architecturale : le CNOA auditionné

Catherine Jacquot, présidente du CNOA, et Denis Dessus, vice-président, ont été auditionnés à l’Assemblée nationale, le 6 février, par la Mission parlementaire sur la création architecturale présidée par le député Patrick Bloche. Celle-ci étudie l’évolution récente de la création architecturale française en vue d’apprécier sa situation, en France et dans le monde et de renforcer son rayonnement.

Catherine Jacquot, présidente du CNOA, et Denis Dessus, vice-président, ont été auditionnés à l’Assemblée nationale, le 6 février, par la Mission parlementaire sur la création architecturale présidée par le député Patrick Bloche.

Cette mission a été constituée en décembre 2013. Elle est composée de quatorze députés, et comprend, outre son président et rapporteur Patrick Bloche (SRC, Paris), 5 vice-présidents dont Vincent Feltesse (SRC, Gironde), Mme Dominique Nachury (UMP, Rhône), Marie-George Buffet (GDR, Seine-Saint-Denis).

La mission étudie l’évolution récente de la création architecturale française en vue d’apprécier sa situation, en France et dans le monde. Elle a pour objectif d’identifier les freins structurels au rayonnement architectural français, ainsi que les modifications législatives et règlementaires propres à les lever. À cette fin, elle entend, en présence de journalistes, des représentants des institutions et des organismes professionnels des architectes et des urbanistes, des grands acteurs de la construction et de la maîtrise d’ouvrage, des personnalités qualifiées, etc.

Après avoir fait une rapide présentation de la profession (chiffres, féminisation lente de la profession, situation économique, structures d’exercice, etc.) et des travaux de l’Institution, Catherine Jacquot a fait un tour de l’actualité législative (loi ALUR, objectifs 500 000 logements et dérives du GT 4, projet de loi patrimoines), exprimé les difficultés des Ecoles d’architecture (manque de moyens, statut de la HMO, développement nécessaire de la recherche), et des CAUE, rappelé la demande des architectes sur le seuil d’intervention des architectes (retour au droit constant, donc à 150 m² de surface de plancher), et fait part des propositions de l’institution au regard de mesures incitatives en dessous des seuils (permis simplifié).

Denis Dessus pour sa part, a évoqué le manque de politique architecturale en France depuis 20 ans, la dégradation des conditions d’intervention des architectes. Tout est lié, a-t-il souligné aux modalités de passation de la commande qui se situe en très grande majorité en dessous des seuils : programme mal ficelé, concurrence de plus en plus rude, contractualisation difficile, tendance au dumping, et au bout du compte paupérisation de la profession…

Sophie Dessus a approuvé la position défendue par l’Ordre sur les normes (« On ne peut que vous encourager car les architectes sont vampirisés par les normes et ne peuvent plus créer »), et a insisté sur la nécessité de « revenir à une logique du bon sens » en la matière.
Sur les CAUE, elle a regretté leur manque de moyens et rappelé la nécessité de renforcer les équipes.
Elle a enfin souligné que recourir à un architecte était toujours un bon investissement dans le neuf tout comme dans la réhabilitation : « nous avons besoin de vous ! ».

Pierre Leautey a souligné le paradoxe existant entre le peu d’architecte en France par rapport à la moyenne au sein de l’Union européenne, et leur manque de revenus. « Que faire pour sortir de cette contradiction ? »
Il a demandé si les 500 000 logements étaient de nature à libérer la création et entraîner un mouvement vertueux en faveur d’une augmentation de la construction.

Patrick Bloche a souligné les problèmes liés à l’absence de dialogue architecte/maître d’ouvrage dans le cadre des concours.
Sur ces différents points, Catherine Jacquot et Denis Dessus ont souligné qu’une grande part des constructions échappaient aux architectes, rappelé la tendance à la segmentation des missions et au dumping, précisé qu’en matière de rénovation énergétique il était indispensable de faire aussi appel aux architectes (et pas seulement aux marchands de matériaux) et plaidé pour la création d’un guichet unique CAUE/ADIL pour orienter les particuliers.

Denis Dessus a enfin insisté sur les menaces sérieuses qui pèsent sur la loi MOP et a regretté le manque général de compétences de la maîtrise d’ouvrage publique. La MOP a-t-il précisé impose un programme et de fait une maîtrise d’ouvrage publique structurée et compétente.

Enfin, la question de l’importance du soutien à l’exportation des architectes français a été évoquée. Sur ce sujet trois points ont été rappelés : La nécessité d’auditionner l’AFEX, la nécessité d’adapter les aides aux agences d’architecture et l’importance de développer un pôle interministériel regroupant différents partenaires ministériels œuvrant pour l’exportation de l’architecture, pour soutenir et développer les aides à l’export.

En conclusion, Catherine Jacquot a demandé une direction de l’architecture digne de ce nom !

La mission qui a débuté ses travaux début janvier 2014 et a déjà entendu les représentants des pouvoirs publics (DGP, Cité de l’Architecture, MIQCP), se donne 6 mois environ pour achever sa mission.

Publié le 12.02.2014
0 commentaire

Donnez votre avis

creation-architecturale-200.jpg