Lotissements : pour le recours à un architecte ou un paysagiste-concepteur !

A quelques jours de l’arbitrage final au Parlement, la présidente de l’Ordre écrit au Président de la République ainsi qu’aux ministres de la Culture, du Logement et de l’Environnement pour que soit maintenue dans la loi CAP l’obligation de recours à un architecte et/ou à un paysagiste-concepteur pour l’établissement du projet architectural, paysager et environnemental qui accompagne le permis d’aménager les lotissements.
Le 07 juin 2016
Lotissement Le Monery,à Vénissieux

Cette mesure, voulue par le Gouvernement et qui est l’un des points forts du projet de Loi, a été retirée par les sénateurs lors de la deuxième lecture du texte. La Commission mixte paritaire du Parlement, qui se réunira le 15 juin prochain, devra donc arbitrer sur cette question.

C’est pourquoi l’Ordre des architectes, soutenu par la profession de paysagiste concepteur, s’adresse à nouveau au Gouvernement pour que cette mesure en faveur des territoires ruraux et des entrées de ville soit reprise dans le texte final.

De nombreux acteurs, concepteurs, mais aussi élus locaux, aménageurs et constructeurs demandent à sortir du modèle mono-fonctionnel tel qu’il s’impose en France depuis de nombreuses années et s’inquiètent de devoir léguer aux générations futures des lotissements et des unités commerciales qui sont un désastre pour le paysage. Il ne s’agit pas d’une question de monopole d’une profession, mais de la préservation des territoires, de l’attractivité de nos régions et de l’habitat.

Catherine Jacquot rappelle que, par respect pour tous les paysages et tous les citoyens, aucun seuil ne devrait non plus être institué pour déroger à ce recours à un professionnel compétent, ce recours étant un investissement inversement proportionnel au coût d’un lotissement.

 

A lire aussi :
>> "Pour des territoires ruraux vivants et attractifs : changer notre modèle d’aménagement" – Tribune de Catherine Jacquot dans Le Moniteur

A voir :
>> Le discours de Frédéric Bonnet, commissaire du Pavillon français à Venise avec le collectif AJAP2014, qui a abordé cette question.


 

Publié le 07.06.2016
1 commentaire

Donnez votre avis

Oui cette lutte est légitime, etc.

Juste quelques remarques à propos de la photo qui accompagne cet article. Elle montre  un permis de construire d'ensemble plus qu'un lotissement (division du foncier avant de construire). Elle décrit exactement ce qui nous est reproché : les maisons (bien que sûrement réussies) sont identiques ! Et urbanistiquement ça ressemble à un lotissement qu'un géomètre serait bien capable de faire ... les maisons en retrait, le stationnement devant, la rue pour les voitures, un peu de végétation, du trottoir, le tout en strates bien linéaires.

Si un architecte fait du lotissement, qu'il en profite pour créer de l'espace collectif en articulation entre l'espace privé et l'espace public !

(© copyright architecte - source : archicontemporaine.org)
Lotissement Le Monery,à Vénissieux - XXL Civita arch. - mandataire, Planb architectes urbanistes