"Les métropoles au cœur des politiques européennes : c'est aussi une question d'architecture"

Tribune de Lionel Dunet, président du Conseil national de l'Ordre, parue dans Le Figaro (28 août 2010) et sur Lemoniteur.fr. Le Pavillon français de la biennale internationale d'architecture à Venise a choisi pour thème : "Métropolis". C'est l'occasion pour les architectes d'explorer la métropole européenne, point de cristallisation de toutes les politiques de développement économique social et culturel des prochaines années.

Tribune de Lionel Dunet, président du Conseil national de l'Ordre, parue dans Le Figaro (28 août 2010) et sur  Lemoniteur.fr.

Le Pavillon français de la biennale internationale d'architecture qui ouvre ses portes le 28 août prochain à Venise a choisi pour thème : "Métropolis". L'exposition Métropolis évoquera le Grand Paris et les quatre autres grandes métropoles en régions ayant entamé une démarche du même type ; mais c'est aussi l'occasion pour les architectes d'explorer la métropole européenne, point de cristallisation de toutes les politiques de développement économique social et culturel des prochaines années. Ne nous laissons pas enfermer par une définition franco-française de la métropole réduisant à cinq seulement, le nombre de ces hypertrophies urbaines hexagonales!

Le cancer de l'étalement urbain
En effet, pour les architectes d'Europe, la question de la métropole ne se résume ni à une nouvelle organisation administrative née d'un projet de loi ni seulement aux cinq agglomérations françaises qui vont pouvoir prétendre à cette nouvelle appellation. La métropolisation est un fait tant au niveau européen que mondial. Elle recoupe, dans des organisations urbaines, politiques et administratives différentes, une identité et des problématiques communes. L'étalement urbain, ce cancer du territoire, qui est à l'origine de la métropolisation en colonisant les espaces interurbains, sera-t-il contenu justement par une gestion intelligente (durable) des métropoles? Lancer le débat de la métropole au cœur des politiques européennes, c'est faire émerger cette nouvelle identité.

Intelligente, durable et solidaire
Un des quatre objectifs que L'Europe avait mis au centre de son action pour la période 2007-2013 est le développement urbain durable. La Commission européenne a lancé ensuite, en mars dernier la stratégie Europe 2020 pour sortir de la crise et préparer l'économie de l'Union européenne pour la décennie à venir autour du concept d'économie solidaire de marché.
Cette stratégie distingue trois grands moteurs de croissance à mettre en œuvre aux niveaux européen et nationaux au moyen d'actions concrètes : une croissance intelligente (par l'innovation l'éducation et la société numérique), une croissance durable, une croissance solidaire. Le point d'ancrage de toutes ces politiques communautaire devra s'appuyer sur le réseau des métropoles européennes qui pourtant ne fait pas encore l'objet d'une réflexion spécifique.

Identité urbaine
C'est cette réflexion que nous souhaitons voir engagée, car pour nous architectes, la réussite de toutes les politiques européennes (innovation, formation, emploi, lutte contre l'exclusion, etc.), ne peut s'incarner que dans un territoire métropolitain organisé, harmonieux, choisi et solidaire, dans lequel l'architecture a une dimension exemplaire. L'homme doit être au centre de la métropole durable sinon nous courons à l'échec. Au-delà de l'organisation urbaine, l'architecture au final est la peau de la cité, le cadre où la société se développe. La ville-architecture est le cœur de notre culture européenne.

En effet, dans notre ère de mondialisation et d'uniformisation, l'architecture est le vecteur privilégié pour construire une identité urbaine susceptible de donner aux habitants des repères qu'ils réclament. Sans cette identité la ville n'est pas européenne, les quartiers resteront des ZUP, des ZAC, des ZEP, des... zones!

Une vaste métropole
Pour aborder cette problématique, voici quelques pistes pour définir les conditions de métropoles européennes durables et solidaires. La métropole est source de richesse économique et culturelle mais aussi facteur de risques, de déséquilibres sociaux et environnementaux : c'est ainsi une des formes de l'étalement urbain qui gangrène les espaces non bâtis. Les métropoles qui se nourrissent du dynamisme des territoires qui les entourent doivent entretenir avec eux des relations équilibrées. C'est donc l'aménagement de l'ensemble du territoire européen qui est commandé par les métropoles. L'Europe ne tend elle pas à devenir pour partie, une vaste métropole? Les "quartiers" en étant intégrés dans un ensemble plus vaste peuvent ou pourront-ils recoudre leurs liens avec l'ensemble de la cité? L'architecture et les architectes ont un rôle privilégié à jouer, non seulement dans la construction des identités métropolitaines, mais aussi dans la mise en place de métropoles d'excellence, solidaires, respectueuses des territoires, de l'environnement et des générations futures.

L'architecture doit aussi aider à mieux vivre dans les métropoles par :
• Des projets intégrant des ressources urbaines existantes : bâti, activités, espaces publics, réseaux de transports et de communication virtuelle.....la reconstruction de la ville sur la ville!
• Le développement d'une poétique de la ville à l'échelle métropolitaine, considérant le tissu urbain comme un environnement naturel et culturel;
• L'articulation de toutes les échelles, depuis l'architecture domestique jusqu'à la place des aéroports;
• Et, à l'heure où le ministre de l'Espace rural reprend le flambeau du Grand Paris, l'aménagement du territoire dans une approche pertinente, respectueuse de la diversité du vivant.

Toutes ces problématiques concernent nos métropoles et apparaissent aujourd'hui au premier rang des politiques urbaines nationales et européennes.

Lionel Dunet
Président du Conseil national de l'ordre des architectes
et membre du Bureau exécutif du conseil des architectes d'Europe
Publié le 08.09.2010
0 commentaire

Donnez votre avis