Les 20 Ecoles d’architecture en grève

Depuis le 3 février l’ensemble des Conseils Pédagogiques et Scientifiques, des Commissions Recherche et des Commissions de la Formation et Vie Étudiante des 20 Ecoles nationales supérieures d’architecture sont en grève.
Le 04 février 2020
manifestation_ensa_4_fevrier.jpg

Depuis le 3 février l’ensemble des Conseils Pédagogiques et Scientifiques, des Commissions Recherche et des Commissions de la Formation et Vie Étudiante des 20 Ecoles nationales supérieures d’architecture sont en grève.

Cette déclaration de mise en grève intervient à la suite du courrier adressé au Ministre de la Culture le 20 janvier dernier par les Présidents des conseils d’administration et des directeurs des ENSA, dont AMC Architecture s’est largement fait l’écho.

A la clé, le manque de moyens chronique des Ecoles, la vétusté et l’inadaptation des établissements qui ne sont plus pour certains en mesure d’accueillir correctement les étudiants, coût par étudiant très inférieur (de 6 000€ à 10 000€) à celui des universités (11 260€ en moyenne). A ces manques structurels qui durent depuis des années s’ajoutent les difficultés liées à la mise en œuvre de la réforme de février 2018 qui a profondément modifié la gouvernance des établissements et le statut des enseignants-chercheurs.

Nous apportons bien sûr tout notre soutien au cri d’alarme que lancent aujourd’hui les Ecoles et les étudiants.

Les Ecoles d’architecture doivent être en mesure d’être le vivier de la recherche, de l’expérimentation et de l’innovation, elles doivent pouvoir préparer au mieux les étudiants en architecture qui seront demain les acteurs indispensables de l’aménagement de nos territoires.

Cette crise doit être aussi l’occasion de nous interroger, de manière prospective, sur l’avenir des écoles d’architecture et les professionnels qu’il est indispensable d’y former. Tout en conservant leur spécificité qu’est l’enseignement du projet, ne faudrait-il pas créer les conditions pour renforcer le lien du cursus étudiant avec la pratique professionnelle ? En intégrant par exemple les enseignements de la HMONP dans le cursus aboutissant au diplôme, en facilitant l’année de césure permettant de découvrir d’autres pays et d’autres pratiques et en introduisant davantage de stages d’immersion et de formation en alternance ? Les enjeux de professionnalisation dans un contexte d’évolution rapide des métiers nous semblent devoir être pris en compte dès la formation initiale, avec les moyens nécessaires.

La profession réfléchit actuellement aux dispositifs qui faciliteraient le port du titre d’architecte par des diplômés ayant acquis l’expérience de la pratique professionnelle et la maîtrise du chantier pendant leur cursus initial, et permettraient de les accueillir au mieux en son sein. A l’inverse, il serait souhaitable de mettre un terme immédiatement à la confusion – préjudiciable pour tous, diplômés, architectes et public - que l’intitulé du diplôme délivré à la fin du master crée aujourd’hui avec le titre d’architecte.

Publié le 04.02.2020
0 commentaire

Donnez votre avis

(twitter @olivleclercq)
Manifestation en faveur des ENSA le 4 février 2020 devant le ministère de la Culture
Documents
ENSA déclaration de mise en grève