Le groupe AREP restera-t-il présidé par un architecte ?

Le Conseil national de l'Ordre écrit à Guillaume Pepy à propos de la succession d’Etienne Tricaud, architecte et ingénieur, à la tête de l'agence AREP, symbole de l'architecture et du savoir-faire français à travers le monde.
Le 12 juin 2018
arep-didierboydelatour2.jpg

Voici la lettre adressée le 1er juin 2018 à Guillaume PEPY, Président de la SNCF, dont AREP est une filiale :

Monsieur le Président,

Comme de nombreux architectes, nous avons été très surpris d’apprendre par la presse, le non renouvellement du mandat d’Etienne Tricaud, architecte et ingénieur, Président du directoire d’AREP Groupe et cofondateur d’AREP, et surtout que sa succession ne serait vraisemblablement pas confiée à un architecte.

Les architectes français bénéficient, notamment à l’export, d’une excellente réputation liée à leur capacité d’utiliser des technologies et matériaux innovants, leur créativité, à la qualité des bâtiments construits et surtout à leur savoir-faire spécifique en matière d’aménagement urbain. AREP groupe, vous le savez bien sûr, en est depuis de nombreuses années, le fer de lance emblématique en France et à l’international.

Notamment, sa particularité pluridisciplinaire en fait l’une des rares agences françaises qui puisse lier architecture, ingénierie, design, urbanisme et aménagement et proposer une réflexion et une offre globale « à la française » sur la ville durable, fortement demandée à l’export. Elle est ainsi non seulement une pépinière de jeunes architectes (à notre connaissance AREP regroupe près de 500 consoeurs et confrères), mais aussi un facteur moteur de l’architecture et des architectes français à l’export, ce dont nous pouvons nous réjouir.

C’est pourquoi, à l’heure où le gouvernement entend élever au rang de priorité économique l’exportation des services culturels, professionnels et intellectuels, révélateurs du dynamisme français, il nous semblerait particulièrement inquiétant que la SNCF puisse abandonner l’idée que cette agence soit dirigée par un architecte, au risque de perdre cette spécificité et de voir disparaître une valeur ajoutée indispensable dans un contexte et un marché international fortement concurrentiels.

Je tenais à vous faire part de notre inquiétude et ne doute pas que vous saurez être sensible à la préservation, voire au renforcement du dynamisme de l’architecture française, en France et à l’international.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations distinguées.

Le Vice-Président
Eric WIRTH.

 

>> Lire l'article du Monde : Le départ forcé du patron de l’« agence des gares » de la SNCF inquiète les milieux de l’architecture

Publié le 12.06.2018
2 commentaires

Donnez votre avis

Bonjour

Petit avis personnel pour répondre à la question posée dans le titre de l'article j'opterai pour le non.

Pourquoi prendre un architecte alors que l'ancien président en était un avec en plus un "tout petit" titre d'ingénieur, il était seulement X Ponts en complément.

Je ne pense donc pas que l'on puisse mettre en cause ses compétences, peut être au contraire en avait t'il trop, des idées bien arrêtées et un peu de charisme dans son métier.

Je penserais plus à un énarque, HEC ou un pur manager, c'est à la mode, et qui sera sans aucun doute plus ouvert aux directives du directeur gares et connexions, aux ordres droit dans les bottes, qu'un X Ponts avec une culture architecturale ou peut être de la culture tout simplement.

L'architecture des gares y perdra sans doute beaucoup, les passagers qui fréquenteront les gares également. Pour autant il n'est pas certain que l'efficacité comptable des opérations sera améliorée.

C'est malheureusement l'air du temps, nous sommes dirigé depuis 40 ans par des juristes et comptables à la petite semaine dont l'égo est inversement proportionnel à leur culture mais avec une ouverture d'esprit proche du zéro.

Même le jury de l'Ena s'en est êmu dans ses commentaires des dernières années en trouvant que les candidats se contentent de régurgiter les connaissance apprises telles qu'elles et en regrettant le peu d'idées originales et personnelles.

C'est dans la continuité d'esprit des élus et hauts fonctionnaires qui viennent de supprimer l'obligation du concours d'architecte pour les opérations HLM et de la maitrise d'oeuvre complète pour les opérations HLM. 

Courage dans 30 ou 40 ans on en pensera la même chose que pour les grandes opérations des années 60 et 70, on les démolira en se demandant comment dans un pays qui se pense aussi cultivé on a réussi à faire aussi mauvais.

Les bons projets eux resteront debouts.

C'est peut être que finalement nos élites ne sont plus aussi cultivé qu'il le faudrait.

Il fut un temps ou celles ci, en plus de leurs compétences propres et pour les affirmer, voulaient se démarquer par leur culture en faisant appel à des architectes reconnus.

C'est aussi cela une certaine idée de la France, mais encore faut t'il avoir une vision à long ou moyen terme et pas seulement comptable pour les quelques années devant nous

 

Avoir des idées, ça s'apprend, c'est le rôle de l'architecte

Même si je trouve cette agence moins pertinente que nos architectes type Nouvel, ces architectes ingénieurs ont su bouleverser l'image de la gare dans la fin des années  80

et Etienne avait un sacré coup de patte !

L'ingenieur commercial n'aura pas de parti architectural, il pensera avant tout rentabilité

Avec un peu de culture préalable, mes clients comprennent qu'une belle architecte crée aussi du profit tout en apportant du bien-être, une qualité de vie.

En voulant donner un nouvel ELAN à leur structure, ils vont produire des vitrines dans une architecture vide de sens, insipide et sans émotion

C'est politiquement casse gueule de prendre "les gens" pour des moutons

Cordialement

Philippe LAURENT

(Photos Didier Boy de la Tour / AREP / source : Afex.fr)
Gare de Casa-Port, Casablanca, Maroc / Palmarès du Grand Prix AFEX 2016 - AREP arch.