Transition écologique

La ville de demain vue par les lauréats du concours « La cité des ascensions durables »

La Fédération des ascenseurs a dévoilé le 30 septembre les lauréats de son concours d’architecture « La cité des ascensions durables », sur l’évolution de la ville à l’horizon 2050. Une dizaine d’équipes pluridisciplinaires regroupant notamment des étudiants en architecture ont contribué à ce concours d’idées.
sens_de_la_gravite_1.png

De quels nouveaux modes de vie peut-on rêver dans une ville où les circulations automatiques courte distance sont privilégiées ?

A l’occasion de son centième anniversaire, la Fédération des ascenseurs (FA), en collaboration avec l’Atelier international expérimental pour la cité bio-numérique[1], a organisé un concours d’idées sur l’évolution des villes et des modes de circulation auprès des étudiants et jeunes professionnels de l’aménagement et de la construction.

Les candidats étaient invités à réfléchir à la manière dont les nouvelles techniques de mobilité verticale (ascenseurs intelligents et circulations mécaniques notamment) peuvent contribuer à l’amélioration de la qualité de l’environnement et des cadres de vie urbains : proposer des solutions pour redynamiser les centres-villes anciens, mieux vivre en ville dense, simplifier les déplacements mais également limiter la consommation d’énergie et l’artificialisation des sols, favoriser l’agriculture urbaine et les circuits courts.

Le jury, présidé par Emmanuelle Cosse, ancienne ministre du Logement, était en outre composé des architectes Claire Bailly (également co-fondatrice de l'Atelier bio-numérique) et Jean-Michel Jacquet (architecte conseil de la DGALN), de Vincent Ducrey (Dirigeant du Digital Think Tank HUB Institute), de Guillaume Fournier Favre (Président de la FA) et de Thomas Guéret (Chef de la mission prospective au Ministère de la transition écologique et solidaire).

Doté d’une enveloppe globale de 9000€, le jury a récompensé 5 projets et délivré 5 mentions.

 1er prix : Le sens de la Gravité - Proposition d’une architecture pour la récupération des centres-bourgs

Le 1er prix du concours a été décerné à Louis HAREL, de l’ENSA de Lyon, pour son projet « Le sens de la gravité ». Récompensé à hauteur de 4000€, il propose « une utopie réaliste low tech pour logements existants, autour des cages d’ascenseur high tech, où convivialité et cycles courts sont les maître-mots ».  Cette conception de « tiers-lieu vertical » donne une place centrale à l’ascenseur, considéré comme rendant la vie des habitants « plus écologiquement vertueuse et plus confortable ». En proposant un espace intermédiaire entre le logement et la rue, intégré en structure bois dans le prolongement d’une cage d’escalier existante, ce projet contribue à favoriser les travaux internes dans les logements et les déménagements, en facilitant notamment le stockage et le réemploi des matériaux sur site. Autrement, il permet aux habitants de profiter d’un nouvel espace extérieur collectif de détente, de réserve alimentaire, de jardinage.

2ème prix : Flux Lab - Proposition pour améliorer le confort des habitants    

Le projet « Flux LAB », des étudiants Gorges Souaid (ENSA Paris Versailles) et Marina Camacho-Galan (ENSA de Paris Belleville), a reçu le 2nd prix pour avoir proposé « un projet radical pour une ville verticale généreuse ». Leur concept, qui associe les solutions high tech numériques et les « sources biologiques d’énergie », vise à proposer des « villes plus sereines et plus respectueuses des milieux naturels ». Dans ce bâtiment, le fonctionnement de l’ascenseur est assuré grâce à un moteur installé au sous-sol alimenté par le traitement des déchets, et les habitants peuvent commander leurs denrées alimentaires à l’aide d’un système robotique, desservant directement les appartements.

3ème prix : Flying Garden – Proposition pour favoriser l’agriculture urbaine 

Doté de 1500€, le troisième prix a été attribué à Noémie Gratien de l’ENSA de Lyon, pour son projet « Flying Garden ». Elle a souhaité mettre les équipements de mobilité « au service d’exploitations agricoles urbaines », en proposant l’intégration dans les immeubles de grande hauteur de systèmes de « dessertes automatiques horizontales et verticales ». La circulation au sein de l’ilot s’opère à deux échelles : les logements et bureaux sont accessibles par un ascenseur qui dessert uniquement la partie basse de l’immeuble, et l’accès aux serres et programmes annexes associés (magasin, espace éducatif, etc.) est permis par d’autres ascenseurs extérieurs. La circulation horizontale est assurée à la fois par des passerelles entre les bâtiments et grâce à une technologie de type ascenseur qui relie les deux plus grands bâtiments.

4ème prix : Rélévation, Les ascenseurs : une porte vers de nouveaux imaginaires – Proposition pour densifier en redynamisant les espaces oubliés

Le projet « Rélévation », porté par les étudiants Mona Menadi, Carrick Reddin, Alexandra Van Milink de Sciences Po Paris, ainsi qu’Alice Duvivier, Ingénieure à l’INSA de Rouen, a remporté le 4ème prix du concours, avec une enveloppe de 1 000€.  Leur proposition visait à exploiter les espaces oubliés de la ville, le réseau urbain souterrain, tout en conservant le bâti ancien, de manière à densifier davantage le tissu urbain sans procéder pour autant à des surélévations. L’ascension se veut « mi aérienne, mi souterraine », afin de laisser rentrer la lumière naturelle dans les espaces de vie et de réserver les espaces sombres pour y installer les « dispositifs de stockage, production et circulation ».

5ème prix : Retour à la terre en s’élevant vers le ciel – Proposition pour mieux vivre en ville et réduire l’artificialisation des sols liée à l’agriculture

Le 5ème et dernier prix, revient au projet « Retour à la terre en s’élevant vers le ciel », où les diplômés de l’ENSA de Paris Val-de Seine, Baptiste Mingoia et David Lucto, ont souhaité assurer l’équilibre entre la ville et la nature. Pour réaliser cette « utopie », ils proposent dans leur programme « de grandes tours multi-programmatiques écologiques », organisées chacune autour d’un bassin vertical, qui récupère la pluie et l’eau atmosphérique, pour irriguer les parcelles agricoles et produire de l’énergie mais aussi acheminée vers la ville l’eau en surplus.   Leur concept de mobilité verticale, des plateformes qui s’élèvent par la force de l’eau (force gravitationnelle), permet notamment de « faire varier les besoins climatiques de chaque parcelle de terre cultivée, tout en réduisant le chemin entre chacune d’entre elles. »

Retrouvez également ci-dessous les projets mentionnés :

  • Mention Amélioration de la biodiversité en ville

« ADN² – Ascenseur Développeur de Nature dans la Néo-technologie » de Clément Beauquier, doctorant Polytechnique Paris ; Manon Belec, Yann Doduik, diplômés de Master d’Architecture.

  • Mention Transport et stockage automatiques des produits agricoles en circuits courts

« Terminus Betterave – Gare agricole sur le circuit maraîcher de la Somme » de Antonin Delaire, ENSA de Marne La Vallée

  • Mention Mobilités vertueuses

« Les sommets du réemploi – Mobilités et programmations innovantes en montagne » de Marion Serre, Gabriele Salvia, docteures en architecture, et de Mirella Caccia Kostovic, ENSA de Marseille

  • Mention Innovation en matière de transport urbain

« HUB2 0» de Aude Calatayud et Estelle Jacob, ENSA de Strasbourg

  • Mention Innovation territoriale et politique

« Perversions » de Livio Spada, Master Spatial Planning Londres, Federico Perugini, Ecole d’architecture de Pavia, Nicola Draghi, Master Sustainable Energy Technology TU Delft

 

Pour en savoir plus :

>> Lire le communiqué de presse de la Fédération des ascenseurs (Septembre 2020)

>> Découvrir en images les Lauréats  

>> Pour une présentation détaillée des 13 projets présentés au concours, consulter le carnet de synthèse des projets (Juillet 2020)

 

[1] L'Atelier International Expérimental pour la Cité Bio-numérique est une association loi 1901. Site : www.biodigitalcity.org 

Publié le 20.10.2020 - Modifié le 09.11.2020
0 commentaire

Donnez votre avis

(Source : www.ascenseurs.fr / © Louis Harel)
Lauréat du concours 2020 "La cité des ascensions durables" : Le Sens de la gravité, de Louis Harel, étudiant en architecture (ENSA de Lyon).