Transition écologique

La RE2020 prendra-t-elle correctement en compte le stockage du carbone ?

Des experts et des représentants des filières des matériaux biosourcés écrivent à l’Etat pour alerter sur les risques d’une sous-estimation du stockage du carbone par ces matériaux dans la future réglementation.
Le 26 juin 2019
32-seaweed-house-r191113-h4.jpg

En succédant à la réglementation thermique actuelle (RT2012), la future réglementation environnementale du bâtiment (RE2020) prévoit notamment d’intégrer la notion de stockage temporaire du carbone, à travers la prise en compte de deux indicateurs : l’un portant sur l’énergie consommée et l’autre sur le carbone émis tout au long du cycle de vie.

Dans le cadre de la préparation de la RE2020, l’Etat a chargé 15 groupes d’experts de fournir leur analyse objective des sujets techniques clés au premier trimestre 2019.  

Un groupe d’experts a notamment été constitué pour l’étude des différentes possibilités de prise en compte du stockage temporaire du carbone dans l’évaluation environnementale du bâtiment.

Mais des experts en Analyse du Cycle de Vie (ACV) et les filières biosourcées ont souhaité réagir pour « attirer l’attention de l’Etat sur les recommandations proposées suite à la concertation sur le stockage temporaire du carbone » au travers d’un courrier qui a été adressé à M. François de Rugy, Ministre d’État, Ministre de la Transition écologique et solidaire et à M. Julien Denormandie, Ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ville et du Logemen. Les cosignataires[1] apportent des éléments démontrant que la méthode de calcul carbone actuellement utilisée est pénalisant pour les matériaux biosourcés.

Pour les cosignataires, adopter les conclusions émises risque de baser la RE 2020 « sur une estimation incorrecte de l’impact des matériaux de construction sur le réchauffement climatique » et donc de « continuer comme avant ». Ils expriment leur souhait d’avoir une « réglementation environnementale [qui] soit fondée sur un calcul carbone estimant correctement l’impact des matériaux de construction sur le réchauffement climatique » regrettant que « ce n’est [soit] pas le cas des bilans carbone en vigueur à ce jour ».  

Les cosignataires concluent en rappelant l’urgence d’intégrer dans la réglementation le calcul carbone afin de réduire, dès maintenant, l’impact du secteur de la construction sur le réchauffement climatique.

 

>> Lire la lettre ouverte ci-contre

 

[1] Cosignataires :

  • Des membres de la Confédération des Professionnels de la Construction en Terre-Crue (Asterre, Réseau Ecobâtir, Tera, Collectif des Terreux Armoricains, ARESO, ARPE Normandie, Maison paysanne de France)
  • France Bois région
  • Collectif des Filières Biosourcés pour le bâtiment
  • Envirobat Centre
  • LESA
  • CD2E
  • Samuel Courgey – Association Arcane (Expert Bâtiment – Environnement) Expert bâtiment - environnement
  • Thibault Lecompte, Maître de conférence, habilité à diriger les recherches, à l’université de Bretagne Sud, spécialisé notamment sur l’ACV des matériaux.
  • Guillaume Habert, professeur à l’ETH Zurich, spécialisé notamment sur l’ACV des matériaux.
Contribution -
Publiée le 26.06.2019
0 commentaire

Donnez votre avis

(source : www.fibra-award.org / Finaliste Fibra awards 2019)
Maison couverte d’herbes marines, Ile de Læsø, Danemark - Vandkunsten architects, Søren Nielsen et Katrine West Kristensen
Documents
Courrier à DHUP sur le stockage temporaire du carbone (juin 2019)