L’Ordre appelle l’USH à conserver le cadre de la loi MOP

Alors que l’USH demande à ce que les organismes HLM soient exonérés du recours au concours et à la loi MOP, le CNOA rappelle que la loi MOP a instauré une démarche qualité qui ne freine en rien la production de logement.
Le 23 janvier 2018
LOGEMENTS A BEZONS

L’USH propose, dans sa récente contribution à la Conférence de consensus préparatoire à la future loi ELAN « la suppression de la soumission des organismes HLM à la Loi MOP » (cliquez ici pour lire cette contribution), cela « afin de permettre aux organismes Hlm de construire plus vite et moins cher ». L’USH demande « à titre subsidiaire » que soit supprimée l’obligation de recours au concours de maîtrise d’œuvre pour les organismes Hlm instaurée par la loi LCAP. Toujours à « titre subsidiaire,  l’USH  propose également la  pérennisation  de la  faculté  pour  les  organismes Hlm de recourir librement aux marchés de Conception-Réalisation ».

Dans un courrier à Jean-Louis Dumont, Denis Dessus a rappelé les positions de l’Ordre des architectes sur ces sujets.

Il souligne notamment que « la Loi MOP instaure une démarche qualité qui responsabilise les acteurs » et « ne constitue en rien un frein à la production de logement ». Le concours « permet de concevoir de meilleurs projets, de favoriser l’innovation, d’inventer la ville de demain en évitant la standardisation des constructions ». Le président de l’Ordre explique également que le concours, « bien organisé », « ne fait pas perdre de temps » et permet de « limiter les recours et contentieux ».

Denis Dessus propose à l’USH une collaboration pour permettre une mise en œuvre efficace de ces procédures.

Publié le 23.01.2018
0 commentaire

Donnez votre avis

(© Milène Servelle) (Source: Archicontemporaine.org)
16 logements sociaux à Bezons (95) - Atelier Gemaile RECHAK arch.