Deuxième édition réussie de Vingt-quatre heures d’architecture les 17 et 18 octobre dernier à la Friche Belle de Mai de Marseille

Près de 7000 visiteurs ont arpenté la friche la Belle de Mai et ses 45.000 m2 taillés dans le béton pour participer à Vingt-quatre heures d’architecture les 17 et 18 octobre. Une réussite pour cet événement biennal et itinérant organisé par le Réseau des maisons de l’architecture, qui a mobilisé les maisons de l'architecture, suscité de riches interventions et rencontré l’enthousiasme du public marseillais.

Plus de 10 000 entrées dans l’ensemble des manifestations, soit près de 7000 visiteurs qui ont arpenté la friche la Belle de Mai et ses 45.000 m2 taillés dans le béton pour participer, sous un soleil ardent et une nuit filante, à Vingt-quatre heures d’architecture les 17 et 18 octobre dernier. Deuxième édition réussie, donc, pour cet événement biennal et itinérant organisé par le Réseau des maisons de l’architecture, au vu du nombre des participants, grand public, professionnels et associations, mais aussi de la mobilisation des Maisons partenaires, de la richesse des interventions et de l’enthousiasme du public marseillais qui s’est approprié massivement cette pièce urbaine, aiguillonné par son désir de ville vingt-quatre /vingt-quatre.

L’architecture en direct, de midi à midi

Sous le thème « Désirs de ville », Vingt-quatre heures d’architecture s’est adressé aux visiteurs et aux publics de tous horizons. Scolaires, familles, curieux, amateurs et professionnels étaient invités à célébrer la culture architecturale sous toutes ses formes : expositions, cinéma, tables rondes et conférences, balades urbaines et visites au départ de la Friche en bus ou à pied, actions et ateliers pédagogiques, palmarès, nuit festive. Avec du In et du Off comme tout festival qui se respecte et une scénographie maligne, légère et efficace, fondée sur l’utilisation de matériaux industriels (palettes et films plastiques), grâce à laquelle l’héroïque agence PAN Architecture est parvenue à tracer un fil bleu dans les entrailles de la Friche. C’est donc sous les meilleurs auspices et à midi pétantes qu’a démarré cette deuxième édition inaugurée par Laure-Agnès Caradec, adjointe au Maire de Marseille, Agnès Vince directrice chargée de l’architecture au Ministère de la culture et de la communication, Cloud de Grandpré, président du Réseau des maisons de l’architecture et André Jollivet, commissaire.

L’architecture en scène, en images, en mots, en musique … en boîte !

Vingt-quatre heures d’architecture a été l’occasion de découvrir plus de 20 expositions ; de tomber sur le film « Themroc » de Claude Faraldo (1973) au beau milieu d’une boucle de vingt-quatre heures de cinéma postulant qu’ « Habiter n’est pas loger »; de se demander, au détour des tables rondes et conférences qui ont réuni quelque 1800 participants, si, dans le fond, Marseille est une ville comme les autres avec Franck Geiling, François Leclercq, Pascal Urbain, Michel Péraldi et Nicolas Memain, entre autres urbanistes gonzo ; de se familiariser avec la nouvelle « scène Sud » et notamment Stéphane Fernandez, Olivier Riga et Bita Azimi ; de revenir sur l’aventure architecturale et urbaine qu’est la Friche la Belle de Mai avec Fabrice Lextrait, radio Grenouille et autres initiateurs, directeurs et architectes, et de bien d’autres rencontres nocturnes comme Architecture Studio ou Rudy Ricciotti qui a fait salle archi-comble. Tour à tour événementielle et performative, réflexive et contemplative, créative (650 personnes aux ateliers et visites scolaires et jeune public) et pédagogique (1100 élèves, enseignants et architectes pour la Journée de l’architecture dans les classes), rock et Hip Hop, constructive (Battle de Kapla® pour adultes) et participative (la question des résidences d’architectes comme dynamique de territoire), la programmation s’est adressée à tous les publics, à l’instar du travail patient et ambitieux mené au quotidien par les Maisons de l’architecture.

Les choix du public : le Palmarès Grand Public Archicontemporaine
L’annonce du Palmarès Archicontemporaine était un temps fort de Vingt-quatre heures d’architecture et l’occasion d’applaudir les lauréats du seul vote du public organisé à l’échelle nationale : Patrick Charoin et Marina Donda (Baignade Naturelle de Montagny-lès-Beaune) également largement plébiscités par les collégiens invités à voter sur place, Corinne Chiche & Eric Dussol (Passerelle & place-balcon), Parc architectes (Auditorium de Bondy), Giovanni Pace (Centre de vinification Oiry), Encore Heureux architecte (Ciné 32), Babin+Renaud (Logements à Nantes), Sophie Delay (résidence Machu Picchu à Lille), RH+ (logements Plein Soleil à Paris). Que les absents se rassurent : les projets lauréats seront exposés en février prochain à la Cité de l’architecture et du patrimoine, comme le prévoit notamment la convention signée lors de l’événement par le Réseau des Maisons de l’architecture et la Cité. FFTB et Technal ont également annoncé les lauréats de leurs palmarès respectifs, la tuile terre cuite Architendance et Architecture aluminium et ConstruirAcier le lancement de son palmarès Eiffel.

Rendez-vous en 2016
Après Strasbourg en 2012 et Marseille en 2014, quelle capitale régionale accueillera la prochaine édition ? Les paris sont lancés.

Publié le 24.10.2014 - Modifié le 29.10.2014
0 commentaire

Donnez votre avis

24h.jpg