Décret surface et nouveau gouvernement : l'édito de Lionel Carli au Bloc-Net du 24 mai

Que le nouveau gouvernement le sache : après tant de déceptions, les attentes des architectes sont très fortes !
Le 24 mai 2012


Avant de quitter ses fonctions, l’ancien gouvernement a eu l’indélicatesse de signer le 7 mai (!) le décret annulant les effets de l’emprise au sol dans le calcul des 170m². Le ministre de la Culture sortant manquait par là à sa parole donnée quelques jours avant. Comme nous l’avions annoncé, le CNOA a donc, dès le 9 mai, déposé auprès du Conseil d’Etat un recours contre ce décret scélérat.

Quel que soit le résultat de ce recours, un nouveau gouvernement est aujourd’hui aux responsabilités. Il lui appartient de mener une politique promouvant la qualité architecturale et de revenir sur les erreurs de ses prédécesseurs.

Depuis plusieurs années, les architectes demandent la création d’un ministère du cadre de vie s’occupant de l’architecture, de la ville, de l’urbanisme et des territoires. Telle est toujours notre position. Néanmoins, la configuration du nouveau gouvernement n’a pas retenu cette option et a même éclaté les compétences de l’ancien ministère du développement durable.

La tutelle des architectes reste pour l’instant au ministère de la Culture, dont le bilan en matière de soutien à la profession est faible. Lors de notre rencontre prochaine avec la nouvelle ministre, je demanderai que l’architecture redevienne une priorité gouvernementale et que celle-ci soit affichée par la création d'une direction générale du ministère consacrée nommément à l’architecture.

Que le nouveau gouvernement le sache : après tant de déceptions, les attentes des architectes sont très fortes !

Confraternellement,
Lionel Carli, président du Conseil national

Publié le 25.05.2012
0 commentaire

Donnez votre avis