Conférence de Joseph Abram « Rationalisme et transgression » le 9 avril

L'Académie d'architecture organise une conférence de Joseph Abram sur le thème « Rationalisme et transgression / aux confins de la pensée structurelle moderne », le jeudi 9 avril 2015 à 18h30. A l'occasion de cette conférence, la médaille 2014 de "l'Analyse architecturale et de la recherche" de l'Académie d'architecture sera remise à Joseph Abram.

L'Académie d'architecture organise une conférence de Joseph Abram sur le thème « Rationalisme et transgression / aux confins de la pensée structurelle moderne », le jeudi 9 avril 2015 à 18h30 (9, place des Vosges 75004 Paris, entrée libre).

A l'occasion de cette conférence, la médaille 2014 de "l'Analyse architecturale et de la recherche" de l'Académie d'architecture sera remise à Joseph Abram.

La radicalisation des rapports structure/espace a produit, au cours du XXe siècle, une impressionnante série de chefs-d'œuvre. Malgré leur indéniable hétérogénéité, ces icônes de la modernité pouvaient inscrire leur harmonie dans le continuum universel du rationalisme constructif. Les créations des ingénieurs (Freyssinet, Nervi, Du Chateau…) et celles des architectes (Perret, Kahn, Mies van der Rohe…) pouvaient converger dans une même exaltation de l’élégance structurelle. Pour progresser sur un tel axe, sans reconduire les anciens modèles organiques, l'architecture contemporaine agit par transgression. Elle introduit l’abstraction dans la forme, voire le chaos (ou la narration), pour libérer la construction comme force productive (poétique) du projet…

A l'occasion de cette conférence, la médaille 2014 de "l'Analyse architecturale et de la recherche" de l'Académie d'architecture sera remise à Joseph Abram. Cette médaille est attribuée chaque année à une personnalité ayant contribué par ses écrits et/ou ses communications à l'élargissement du débat architectural.

Architecte et historien, Joseph Abram est professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Nancy et chercheur au Laboratoire d’histoire de l’architecture contemporaine où il a mené différents travaux sur l’architecture du XXe siècle, en particulier sur la tradition rationaliste en France et sur le renouvellement des pratiques après la Seconde Guerre mondiale. Il a enseigné à l'Institut d'architecture de Genève, et participé, pendant dix ans, au comité de rédaction de la revue Faces (Genève).


>> http://www.aa.archi.fr/

 
 

Publié le 31.03.2015
0 commentaire

Donnez votre avis

Livio Vacchini, La Ferreira, Locarno (2003)