Après l’annulation des deux permis de construire « PPP » de l'université Paris 7

Le Tribunal administratif de Paris a annulé deux permis de construire pour des bâtiments de l’Université Paris VII Diderot construits en PPP. L’architecte d’un 3ème bâtiment a porté plainte pour contrefaçon. Le CNOA l’a reçu et étudie le soutien à lui apporter.

Le 2 juillet dernier, le Tribunal administratif de Paris a annulé deux permis de construire pour des bâtiments déjà construits du nouveau campus de l’Université Paris VII Diderot. Ces bâtiments ont été réalisés en partenariat public-privé (PPP). Le tribunal a considéré, suite à des plaintes déposées par deux associations, que les normes de sécurité propres à un ERP ont été volontairement contournées par le groupement (conduit par Vinci) pour des raisons budgétaires.

En outre, un troisième bâtiment du même campus, également réalisé en PPP, fait l’objet d’une plainte pour contrefaçon de la part de son architecte, Philippe Blandin (cabinet IN/ON). La presse (cf. Le Monde daté du 03 juillet) a relaté les pressions subies par cet architecte. Celui-ci s’est élevé depuis plusieurs années contre la modification de ses plans à son insu dans le même objectif de contournement des normes de sécurité.

M. Blandin, accompagné de son avocat, a été reçu par le Conseil national de l’Ordre le 3 juillet dernier pour présenter les difficultés qu’il rencontre. Le Conseil national étudie attentivement son dossier afin d’évaluer quel soutien il pourrait apporter à l’architecte dans ses démarches.


>> A revoir : en 2010, Ph. Blandin était interviewé par le vice-président du CNOA sur la question des PPP : « Le PPP de l'université Paris VII : un cas d'école ? » à voir en vidéo en cliquant ici

Publié le 09.07.2013
0 commentaire

Donnez votre avis

PPP.jpg