17 mai : une mobilisation collective

Le 17 mai, aux côtés d’associations représentant la société civile et d’organisations professionnelles et syndicales (APF France handicap, DAL, SNSO, UNAM, UNSFA...), l’Ordre des architectes prendra la parole sur l’ensemble du territoire pour faire du logement la grande cause permanente. Les premières vidéos !
Le 02 mai 2018
Faisons du logement la grande cause permanente

Quelques jours avant le début de l’examen en séance publique à l’Assemblée nationale du projet de loi sur le logement, architectes, associations d’usagers, ONG, organisations professionnelles et syndicales, réunis sur l’ensemble du territoire, alerteront collectivement citoyens et élus du danger de créer aujourd’hui le mal logement de demain.

Plus de vingt événements sont d’ores et déjà programmés dans les régions et une conférence de presse nationale se déroulera à Paris.

En attendant cette journée de mobilisation collective, les voix de nombreux acteurs du cadre de vie résonneront sur les réseaux sociaux. Nous vous proposons de découvrir dès aujourd’hui les analyses de Denis Dessus pour l’Ordre des architectes, Pascale Poirot (UNAM) et Jean-François Fraysse pour le SNSO. 

 

>> Contact presse : Cristina de Gabriac cdg.degabriac@gmail.com

Publié le 02.05.2018
2 commentaires

Donnez votre avis

Depuis près de 20 ans, l'association RésoA+ que j'ai eu l'honneur de co fonder sur Batimat 99, pointe l'absence de financement publique du Plan de Remédiation Amiante lancé en 1996/97.

Or , notamment dans le secteur du logement social, privé ou publique, le financement du surcout du désamiantage devrait être prise en compte. L'USH estime le besoin de financement à plusieurs milliards d'euros, pour les 50 ans à venir. En effet, le taux de renouvelement du parc HLM étant de 1% depuis début 2000, il faudra un siècle pour garantir l'éradication de l'amiante, suite à démolition des immeubles des années 50-70.

Dans le cadre de la préparation de la Loi ALUR, nous avions été reçus par le Cabinet de Madame Cécile DUFLOT et attiré à l'époque l'attention sur ce sujet. Aucun des conseillers rencontrés n'a désiré s'emparer du sujet, le considérant comme "handicapant" les chances de publication de l'essentiel de la Loi DUFLOT, consacré à la rénovation énergétique des logements... Juste un petit cavalier législatif instaurant le diag amiante location...

Depuis fin 2014, des mesures ont été prises pour proposer des financements bonifiés, à taux très bas, à hauteur de 400 millions annuels.

Puis fin 2015, la réponse du gouvernement fut de financer un Plan de recherche et de Développement amiante (PRDA), doté de 20 millions d'euros. Le pari était de faire mieux, moins cher et plus vite, à réglementation constante...

Trois ans plus tard, quel bilan tirer de ces actions arrivées à échéance? Sauf erreur, aucune information, aucune mesure n'apparait dans la Loi ELAN... et toujours pas de textes d'application pour la mise en oeuvre d'un repérage amiante dans les parties à usage privatif des logements sociaux...

Le 17 mai 2018, le RésoA+ incitera donc ses membres à participer ici et là aux échanges, manifestations pour soutenir cette "grande cause permanente" que devrait être la défense d'un droit au logement sain et abordable.

Luc BAILLET, Architecte, secrétaire de RésoA+

www.resoAplus.fr

Les architectes doivent se fédérer et manifester contre la loi Elan. Les lettres que l'ordre envoie aux instances de l'état ne sont d'aucune utilité. La profession d'architecte est sinistrée et cela ne vas pas en s'arrangeant.

Ma question est simple: QUE FAIT L'ORDRE ? (A part bla bla bla bla bla).

 

 

 

(© CNOA - Citizen59 / Creative commons)
Faisons du logement la grande cause permanente