Observatoire de la profession - Les architectes et l’évolution du métier à l’horizon 2030 (2013)

Cette enquête d’opinion a été commandée par le Conseil national à l’IFOP, et a été menée en 2013 auprès de presque 1 000 architectes.


>> Téléchargez l'enquête "Les architectes et l’évolution du métier à l’horizon 2030"

Présentation
"Pour cette nouvelle approche nous avons souhaité être prospectifs afin de comprendre comment la profession se projette dans l’avenir à l’horizon 2030. Nous avons également cherché à savoir pourquoi, malgré les difficultés que traversent les architectes, nous arrivons encore collectivement à être majoritairement optimistes…

Je m’arrêterai sur quelques points qui méritent d’être remarqués, la totalité des résultats vous étant présentée.

Si les architectes restent majoritairement optimistes vis-à-vis de leur situation professionnelle, ce taux de satisfaction a chuté de 15 % entre janvier 2008 et avril 2013, reflétant sans doute les effets d’une crise qui est durablement installée et dont l’issue reste encore inconnue. Cette chute de l’optimisme est à mettre en corrélation avec une vision pessimiste des conditions d’exercice en 2030. En effet, concernant l’évolution du métier la totalité des 11 thèmes abordés sont imaginés comme allant en se dégradant, avantages sociaux et rémunération en tête.

À propos des formes d’exercice, 53 % des architectes pensent que l’exercice en société sera la bonne formule à 15 ans, alors qu’il n’est pratiqué en 2013 que par un tiers des architectes français : en effet, 56 % d’entre nous exercent en individuel.

Il convient également de remarquer que près de 60 % des architectes interrogés affirment que l’avenir est aux agences de 4 salariés ou plus, et 25 % pensent que l’avenir est aux agences de plus de 10 salariés, alors qu’à ce jour une agence française sur deux est sans salarié.

Nous constatons que la profession exprime clairement, à travers ces réponses, sa croyance dans la nécessité de profonds changements, tant dans les formes juridiques et la taille des agences, que dans les compétences réunies pour faire face aux évolutions de la société tout en restant des généralistes de l’acte de bâtir. Les architectes français sont conscients des mutations à accomplir, et savent que le changement ne se fera pas sans de réels efforts puisque 65 % d’entre nous affirment qu’ils pourront s’adapter, mais à condition d’opérer des changements importants ou radicaux.

Ces bouleversements appartiennent à la profession tout entière, mais l’Ordre des architectes a sa place dans ces transformations, puisqu’en matière de protection du port du titre et de promotion de l’intérêt public de l’architecture, nous sommes 40 % à penser que l’Institution sera indispensable, et même 14 % à dire qu’elle sera plus utile qu’aujourd’hui.

Au travers des enquêtes à venir le Conseil national continuera son travail de « photographie » de la profession pour mieux comprendre les caractéristiques et l’identité même d’une profession diverse attachée à l’intérêt public."

François ROUANET
Conseiller national en charge de l’Observatoire de la profession


>> Téléchargez l'enquête "Les architectes et l’évolution du métier à l’horizon 2030"

À télécharger
Observatoire 2013 - Evolution du métier à l'horizon 2030.pdf